Hongkong : Lam condamne les violences

La crise qui secoue Hongkong depuis des semaines, du fait d’un projet de loi controversé autorisant les extraditions vers la Chine, a franchi un nouveau palier le 1er juillet, jour anniversaire de la rétrocession du territoire semi-autonome à la Chine par le Royaume Uni, en 1997. Lors d’une conférence de presse, la cheffe de l’Exécutif, Carrie Lam, a condamné le 2 juillet « l’usage extrême de la violence » par des manifestants qui avaient occupé et saccagé le Parlement. « C’est quelque chose que nous devons sérieusement condamner, car rien n’est plus important que l’État de droit à Hongkong », a-t-elle ajouté, évoquant des événements « bouleversants et choquants ». Face à ce défi sans précédent pour le président chinois Xi Jinping, le gouvernement central a réagi mardi. Il a exprimé sa « plus énergique condamnation » et appelé les autorités hongkongaises à établir les « responsabilités pénales » pour « des actes graves et illégaux ». Depuis des mois, une bonne partie des sept millions de Hongkongais est vent debout contre le texte sur les extraditions, finalement suspendu. La colère s’est étendue au gouvernement hongkongais.

└ LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 25/02/2021
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Enquŕte et chÔtiments

85 morts, 484 blessés, 225 personnes interpellées, 176 inculpées et 45 placées sous mandat de dépôt : c’est le triste bilan des violences survenues ...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité