Soudan : ProcŔs repoussÚ pour BÚchir

Un tribunal soudanais a repoussé mardi au 11 août le procès de l'ex Président soudanais Omar el-Béchir et de 28 de ses anciens collaborateurs, juste après l'ouverture de l'audience à Khartoum, la capitale du pays.

Emad-Eddin Mohamed Ibrahim, juge de la Cour suprême, a expliqué ce report par le fait que la salle d'audience n'était pas en mesure d'abriter tous les avocats des accusés. « La salle du tribunal n'est pas assez grande pour accueillir tous les avocats de la défense, qui sont 191. Nous devons prendre des mesures pour permettre l'accueil de tous les avocats ». Béchir et les autres accusés ont comparu dans des cages. Parmi eux figurent des militaires et des civils, parmi lesquels ses anciens Pice-présidents Ali Osman Taha et le général Bakri Hassan Saleh. Il leur est reproché d'avoir pris le pouvoir par un coup d'État militaire le 30 juin 1989. Ils risquent la peine de mort, pour avoir renversé le gouvernement démocratiquement élu du Premier ministre Sadek al-Mahdi, il y a 31 ans. En mai, le parquet général avait annoncé avoir terminé son enquête sur ce putsch. Le 11 avril 2019, l'armée soudanaise a destitué M. Béchir, au terme de plusieurs mois de manifestations populaires de masse.

B.S.H.

└ LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 16/09/2021
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Enquŕte et chÔtiments

85 morts, 484 blessés, 225 personnes interpellées, 176 inculpées et 45 placées sous mandat de dépôt : c’est le triste bilan des violences survenues ...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité