Birmanie : La rÚsistance continue

En Birmanie, un mois aprŔs le coup dĺ╔tat du 1er fÚvrier 2021, les manifestations se poursuivent et la rÚpression Úgalement. Le 2 mars 2021, plusieurs manifestants ont ÚtÚ blessÚs, dont 3 sÚvŔrement. La police a de nouveau dispersÚ la foule qui sĺÚtait rÚunie dans la plus grande ville, Rangoun.

Et la répression se fait de plus en plus violente. Cette journée de manifestation à travers le pays fait suite à un « dimanche sanglant ». Au moins 18 personnes ont été tuées lors de cette journée, ont indiqué des sources médicales. La police continue d’utiliser des armes à balles réelles et des balles en caoutchouc.

Dans le Nord, des milliers de manifestants ont résisté. À Rangoun, dans plusieurs endroits de la ville, des détonations assourdissantes ont été entendues pour faire peur aux manifestants.

Cependant, le mouvement ne faiblit bas, malgré les sacrifices qu’il implique pour de nombreux citoyens. Ces derniers n’ont pas obtenu la libération d’Aung San Suu Kyi, dont la détention provisoire a été prolongée jusqu’au 15 mars 2021. Elle a même été inculpée pour de nouvelles charges.

Timides réactions internationales

Alors que la dirigeante de 75 ans est apparue en vidéoconférence en audience, et malgré une condamnation des violences, la réaction de la communauté internationale reste insuffisante pour beaucoup. L’ambassadeur birman aux Nations Unies a lui-même rompu avec les militaires la semaine dernière, en demandant de mettre fin au coup d’État. Il a été démis de ses fonctions.

Les ministres des Affaires étrangères de l’ASEAN et un représentant de la junte se sont réunis le 2 mars 2021 par visioconférence. Lors de cette réunion entre les ministres des 9 pays du Sud est asiatique, l’Indonésie a exigé l’envoi de représentants pour obliger les généraux à organiser les élections d’ici un an. Une proposition aussitôt rejetée par la population, qui n’attend que le retour de l’ordre démocratique.

Plus que de simples manifestations pour le retour de la démocratie, c’est un véritable mouvement de désobéissance civile qui veut « récupérer sa démocratie volée », analyse un chercheur. C’est ainsi que plusieurs services publics ont arrêté de travailler pour paralyser le pays. Malgré la répression et les morts, « les jeunes entendent sauver leur démocratie pour les futures générations ».

Ce coup d’État contre Aung San Suu Kyi, « symbole de l’unité nationale », est une tentative de la faire oublier. Mais une tentative vaine, car « le symbole et la démocratie sont plus forts », conclut-il.

Fatoumata Maguiraga

 
 
 

└ LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 06/05/2021
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Enquŕte et chÔtiments

85 morts, 484 blessés, 225 personnes interpellées, 176 inculpées et 45 placées sous mandat de dépôt : c’est le triste bilan des violences survenues ...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité