Venezuela : Maduro poussÚ vers la sortie

Nicolas Maduro, vers un avenir de plus en plus incertain.

Depuis le dÚbut de lĺannÚe, le Venezuela est plongÚ dans une crise Úconomique et sociale qui a affaibli le rÚgime du prÚsident Nicolas Maduro, devenu la cible dĺun processus de rÚfÚrendum rÚvocatoire activÚ par lĺopposition, et qui vient de franchir une Útape importante.

Nicolas Maduro, le président vénézuélien, est dans une situation de plus en plus inconfortable. La longue marche vers le processus de référendum révocatoire à son encontre, activée en mars 2016 par l’opposition, se poursuit. Le pourcentage requis de signatures pro-référendum (1% des électeurs) a été atteint, après en avoir recueilli près de 2 millions dont seules 1,3 millions ont été validées par le Conseil national électoral (CNE), puis 399 412 fin juin qui ont finalement été validées après un audit qui aura duré un mois. Une étape significative a donc été franchie le lundi 1er août quand le CNE a donné carte blanche à ce projet destiné à mettre le président sur la touche.

Référendum révocatoire

La crise entre Maduro et son opposition, commencée en janvier dernier, n’est donc pas près d’être close. L’économie du pays est exsangue, notamment à cause de l’effondrement du cours du pétrole, et les pénuries alimentaires rendent le quotidien difficile. À cela s’ajoute la victoire, pour la première fois depuis 17 ans, des anti-chavistes (l’opposition à Hugo Chavez, décédé en 2013) aux législatives de décembre 2015. Tous ces facteurs ont considérablement contribué à l’affaiblissement du régime de Maduro. Pour Henrique Capriles, chef de la coalition d’opposition MUD, « le référendum révocatoire, c’est pour en finir avec les files d’attente, pour qu’il y ait de la nourriture et des médicaments, suffisamment d’argent pour chacun, et de la sécurité », rapporte l’AFP. Les dates de la phase suivante du référendum ne sont pas encore fixées par le Conseil national électoral. Mais pour le convoquer, l’opposition anti-chaviste, qui veut le tenir avant la date butoir du 10 janvier 2017, devra recueillir quatre millions de signatures. Elle a appelé ses partisans à descendre dans la rue hier mercredi et aujourd’hui jeudi pour recueillir « les 20% de signatures nécessaires ». L’équation est simple : si le référendum se tient avant la date butoir, Maduro sera révoqué et les élections seront convoquées. S’il se tient après, il n’y aura pas d’élection, auquel cas Maduro désignera son vice-président pour lui succéder.

Boubacar SANGARÉ

└ LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 08/04/2021
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Enquŕte et chÔtiments

85 morts, 484 blessés, 225 personnes interpellées, 176 inculpées et 45 placées sous mandat de dépôt : c’est le triste bilan des violences survenues ...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité