Tunisie: ╔tat d'urgence ou sursis ?

En Tunisie, le Président Béji Caïd Essebsi dit « El Bej » a décidé, le 20 juin, de prolonger pour un mois supplémentaire l’état d’urgence en vigueur depuis le 24 novembre 2015, après l’attentat-suicide contre un bus de la garde présidentielle. C’était la troisième attaque en une an­née, outre celui du musée du Bardo, qui avait tué 59 touristes et un policier, et celui de la plage à Sousse. De l’avis général, l'état d'urgence permettra aux actuels maîtres de la Tunisie d’inter-dire les grèves et les réunions pouvant « provoquer ou entretenir le désordre», de fermer provisoirement « salles de spectacle et débits de boissons », et de contrôler « la presse et des publica­tions de toute nature ». « Mais, à quoi joue El Bej ? », s’interroge-t-on en Tunisie où, pour beaucoup, la menace d’attentats terroristes qui plane sur le pays ne saurait être la seule raison du prolongement de cette mesure d'ex-ception. BCE aurait pris cette décision pour donner un sursis d’un mois à son Premier ministre, Habib Essid, lâché par Ennahda et Nidaa Tounès et qu’il a lui-même désavoué début juin. En situation d’état d’urgence, la Constitu­tion interdit d’attenter à la stabilité du pays et à la continuité des services de l’État.

B.S

└ LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 15/04/2021
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Enquŕte et chÔtiments

85 morts, 484 blessés, 225 personnes interpellées, 176 inculpées et 45 placées sous mandat de dépôt : c’est le triste bilan des violences survenues ...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité