Bolivie : La dÚmission de Morales nĺÚteint pas la colŔre

En dÚpit de la dÚmission du PrÚsident Evo Morales, qui a obtenu lĺasile au Mexique, le dimanche 10 novembre, les violences persistent dans les rues, Ó tel point que la police, ź dÚpassÚe ╗ par la situation, selon son chef Ó La Paz, le colonel JosÚ Barrenechea, a demandÚ l'aide de l'armÚe bolivienne, qui a acceptÚ. ź Le commandement militaire a dÚcidÚ que des opÚrations conjointes seront menÚes avec la police pour Úviter le sang et le deuil dans la famille bolivienne ╗, a annoncÚ le commandant en chef de l'armÚe, William Kaliman, dans une dÚclaration tÚlÚvisÚe.

Depuis lundi, les forces de l'ordre se sont redéployées progressivement, faisant usage de gaz lacrymogènes à El Alto, une localité proche de la capitale, et bastion d'Evo Morales, pour disperser des groupes de manifestants encagoulés et armés de bâtons. Le dirigeant d’un collectif de citoyens, Waldo Albarracin, qui a œuvré en faveur de la démission de M. Morales, a déclaré que sa maison avait été incendiée et détruite par « une foule » de membres du Mouvement vers le socialisme (MAS), le parti du président démissionnaire. Albarracin, recteur de l’université d’État de La Paz, a diffusé sur son compte Twitter une vidéo de sa résidence en flammes. Une présentatrice de la chaîne Television universitaria, Casimira Lema, a elle aussi déclaré que sa maison avait été incendiée.

Vacance de pouvoir

Sur le plan politique également la situation est assez confuse. Le président socialiste n'est pas le seul à avoir démissionné : les successeurs prévus par la Constitution dans l'hypothèse d'un départ du chef de l'État ont eux aussi claqué la porte. Le Vice-président Alvaro Garcia, la Présidente et le Vice-président du Sénat, ainsi que le Président de la Chambre des députés, ont quitté leur poste, entraînant une vacance du pouvoir. 

C'est donc la deuxième Vice-présidente du Sénat, Jeanine Añez, qui a revendiqué la présidence par intérim. « Nous allons convoquer des élections, avec des personnalités qualifiées qui vont conduire le processus électoral, afin de refléter ce que veulent tous les Boliviens », a-t-elle déclaré. 

« Nous avons déjà un calendrier. Je crois que la population demande en criant que nous ayons un président élu le 22 janvier », a ajouté l'opposante de 52 ans, évoquant la date prévue avant la crise pour la prise de fonctions du prochain Président de la Bolivie. 

Boubacar Sidiki Haidara

└ LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 11/11/2021
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Enquŕte et chÔtiments

85 morts, 484 blessés, 225 personnes interpellées, 176 inculpées et 45 placées sous mandat de dépôt : c’est le triste bilan des violences survenues ...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité