Centrafrique : La MINUSCA en question

Le lundi 24 octobre, Journée des Nations unies, la ville de Bangui a connu une journée ville morte et des manifestations d’organisations de la société civile pour demander le départ de la Mission multidimensionnelle intégrée de stabilisation des Nations unies en Centrafrique (MINUSCA). Les forces onusiennes, accusées de passivité face aux violences dans le pays, auraient été la cible de caillassages et tirs de la part des manifestants, et auraient répondu par des tirs de sommation à balles réelles. Tout cela intervient dans un contexte marqué par l’escalade de la violence dans le pays depuis le début du mois d’octobre. Le mercredi 13, des ex-miliciens de la Seleka avaient attaqué des réfugiés à Kaga-Bandoro, dans le centre, faisant 30 morts et 57 blessés. Autre incident, l’assassinat d’un officier supérieur dans le quartier PK5 de Bangui, qui a donné lieu à des représailles contre des Peuls musulmans. Les évènements de lundi on fait trois morts et six blessés selon un bilan provisoire. C’est dans ce climat extrêmement tendu qu’interviendra la visite du ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, prévue pour les 30 et 31 octobre. Ce dernier devrait annoncer officiellement la fin de l’opération Sangaris. B.S

└ LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 08/04/2021
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Enquŕte et chÔtiments

85 morts, 484 blessés, 225 personnes interpellées, 176 inculpées et 45 placées sous mandat de dépôt : c’est le triste bilan des violences survenues ...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité