PrÚsidentielle au Rwanda : Et de 3 ?

Face à une opposition divisée, Paul Kagamé devrait pouvoir rempiler sans difficultÚs, pour la 3Ŕme fois.

Ouverte ce 14 juillet, la campagne officielle de la prÚsidentielle rwandaise durera deux semaines. Alors mŕme que le scrutin est prÚvu pour le 4 aoűt, Paul KagamÚ, le prÚsident sortant, est dÚjÓ considÚrÚ comme favori et en route pour un 3Ŕ mandat.

Je viens devant vous pour construire ce pays avec vous », a insisté Paul Kagamé ce 14 juillet à Ruhango, dans le sud du pays, où il a officiellement entamé sa campagne officielle pour l’élection présidentielle prévue en août. Elu en 2003 et réélu en 2010, avec plus de 90% des voix à chaque fois, Paul Kagamé semble bien parti pour briguer un nouveau mandat. Face à lui, seulement deux autres candidats : Philippe Mpayimana, le seul candidat indépendant, et Frank Habineza, le président du Parti démocratique vert.

Faiblesse de l’opposition Ces deux opposants « n’ont pas de véritable passé politique », selon Alfred Rudatsimburwa, journaliste rwandais. Et d’ajouter, « le président Kagamé aura tous les atouts en main pour remporter la présidentielle d’août prochain ». C’est aussi l’avis de beaucoup d’observateurs, qui mettent en relief l’autorité de Kagamé pour rafler tous les fonds liés à une telle élection. Ceci est d’autant plus vrai quand on sait que ses opposants sont tous confrontés à des difficultés liées au financement de leur campagne. « Beaucoup de personnes donnent de l’argent au parti au pouvoir et ne veulent pas donner d’argent aux partis d’opposition. Certains pensent que s’ils vous donnent de l’argent, ils auront des problèmes avec le parti au pouvoir », a affirmé Frank Habineza. On rappelle que la candidature de Kagamé a été rendue possible grâce au référendum de 2016, par lequel les Rwandais, à 98,4%, ont approuvé la révision constitutionnelle. Ce qui offre potentiellement à Paul Kagamé la possibilité de diriger le Rwanda jusqu’en 2034. Outre les enjeux d’ordre interne, le prochain président devra faire face aux enjeux d’ordre stratégique et géopolitique, quand on sait que le pays est généralement accusé d’infiltrer et de déstabiliser son voisin, la République démocratique du Congo (RDC). Le gouvernement de Joseph Kabila affirme qu’il y aurait environ 40 000 militaires rwandais au sein de son armée, dont 50 généraux. Cependant, le pays des mille collines a actuellement une posture assez confortable dans la région des grands lacs, avec le soutien des USA. Donald Trump, le Président américain, a dit voir en lui un allié de choix. Les relations entre les USA et le Rwanda pourraient donc être l’un des points forts du prochain gouvernement.

Moussa MAGASSA

└ LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 25/02/2021
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Enquŕte et chÔtiments

85 morts, 484 blessés, 225 personnes interpellées, 176 inculpées et 45 placées sous mandat de dépôt : c’est le triste bilan des violences survenues ...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité