Libyeá: Fosses communes, Tripoli et HRW rÚclament une enquŕte

La Libye demande une aide internationale pour enquêter sur les onze fosses communes découvertes dans la ville de Tarhuna, à 65 kilomètres au sud-est de la capitale, Tripoli. Ces fosses communes ont été découvertes récemment par des soldats fidèles au gouvernement de Tripoli, soutenu par la communauté internationale. Tarhuna était sous le contrôle des forces loyales au maréchal Khalifa Haftar. 

Sur la page Facebook officielle du ministère des Affaires étrangères, le ministre libyen des Affaires étrangères, Mohammed Siala, a demandé une enquête internationale sur les circonstances qui ont conduit à l’enterrement de femmes et d’enfants vivants dans la ville. Le ministre a envoyé une lettre à cet effet au Conseil de sécurité de l’ONU, demandant l’implication de la Cour pénale internationale (CPI). L'ONG Human Rights Watch (HRW) a elle aussi réclamé mardi 16 juin une enquête urgente sur de possibles « crimes de guerre » commis par les forces du maréchal Khalifa Haftar en Libye, en relevant les récentes « preuves apparentes de tortures » et « d'exécutions sommaires ». Selon HRW, des vidéos « enregistrées et partagées sur les réseaux sociaux en mai 2020 » montrent des combattants, «que HRW a identifiés comme liés au maréchal Haftar», se livrant à de tels actes.

B.S.H.

└ LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 08/04/2021
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Enquŕte et chÔtiments

85 morts, 484 blessés, 225 personnes interpellées, 176 inculpées et 45 placées sous mandat de dépôt : c’est le triste bilan des violences survenues ...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité