« Plusieurs corps de métiers ont été oubliés »: Apollinaire Tapé Djédjé

Tapé Djédjé Apollinaire demande au gouvernement plus de social.

Après plusieurs mois dans le silence le Cosyfoci revient sur la situation générale des fonctionnaires, avant et pendant la covid-19.

 

 

La protection des fonctionnaires pendant cette pandémie est-elle une réalité dans les services ?

Il faut dire que c’est une pandémie qui a surpris tout le monde. Nous avons appliqué les mesures prises par le gouvernement, via les notes de service rédigées par les différents chefs de service. Entre autres, la rotation dans les services. Il y a eu des initiatives propres dans chaque service, qui créaient des conditions d’hygiène. C’est par la suite que l’Etat a créé les conditions pour que nous puissions bénéficier de cache-nez.

 

La double vacation a-t-elle été une réussite ?

Dans la majorité des cas, la double vacation a été appliquée, dans les services. Le ministère de la Fonction publique était l’exemple type. 

 

Les cas de contaminations sont-ils légions dans les services ?

Aujourd’hui, il y a toujours des contaminations dans certains services. On ne peut pas dire qu’on est protégé à 100%. Dans les services, quand on se connaît, on se permet de ne pas porter les cache-nez. Ce volet incivisme existe à la fonction publique. Les faits sont parlants. Dans plusieurs services, la secrétaire, le directeur, les agents, n’ont pas leurs cache-nez. La maladie n’a pas disparu. Il faut respecter les mesures barrières.

 

Etes-vous satisfait de la distribution des cache-nez ?

Pour avoir les cache-nez, les fonctionnaires doivent se servir de leurs téléphoniques. Malheureusement, certains opérateurs économiques ont des problèmes. En pharmacie, on vous demande un numéro de code via le réseau téléphonique. A cause de cela, des fonctionnaires n’ont pas encore leurs cache-nez.

 

Faites-vous partie de ceux qui disent qu’il faut plus de social dans les mesures prises par le gouvernement ?

Il y a eu des travailleurs licenciés dans le privé, d’autres ont été mis au chômage technique. Le fonctionnaire, malgré le salaire, a supporté la crise, avec la prise en charge de la famille, des proches qui avaient des problèmes. Nous croyons que l’Etat peut nous aider encore plus, en annulant, par exemple, les factures d’électricité et d’eau.

 

 

Quel est l’état de vos revendications ?

Je voudrai d’abord honorer la mémoire du Premier ministre, qui a été un grand homme d’Etat. Sous sa mandature, nous avons obtenu des avantages, comme le stock des arriérés, les 150 points, les100 points, etc. À 90% les revendicationsd’ordre général ont été satisfaites. Mais la question liée à l’obtention de l’indemnité de logement et à la valorisation de l’indemnité de transport sont des questions qui restent à régler. Ce sont des questions transversales. Il y a aussi des revendications d’ordre corporatives. A ce niveau, elles ont été insatisfaites à 90%. Il y a, entre autres, la signature du décret accordant les indemnités spécifiques aux inspecteurs de travail.

 

Etes-vous prêt à reprendre les négociations ?

La pandémie a été un frein au regard de certaines. Mais cela n’empêche pas que nous demandions des audiences aux autorités. Car, concernant les revendications d’ordre corporatistes, l’attente est grande parce que rien n’est fait.

 

Certains corps de métiers disent avoir besoins de primes...

Chaque corporation a ses réalités. Les inspecteurs de travail sont en première et en dernière ligne dans l’indemnisation des travailleurs. Nous nous exposons. On a dit que les autres travailleurs allaient être pris en compte dans les primes. Mais il fallait les spécifier. Les assistants sociaux dans les hôpitaux ne sont pas pris en compte. Les agents du commerce qui sont aussi sur le terrain pour maintenir les prix, ne sont pas pris en compte. J’invite le gouvernement à prendre en compte toutes les autres corporations qui sont en premier ligne dans la lutte contre la covid-19. Nous saluons déjà ce qui a déjà été fait concernant les revendications d’ordre générale, mais nous demandons que les autorités se penchent sur les revendications d’ordre général.

Raphaël TANOH  

 

 

 

 

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 22/10/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

De la peur à la banalisation

La Côte d’ivoire compte aujourd’hui près de 20 000 cas confirmés de Covid-19, 18 000 malades guéris et moins de 120 décès. Avec un taux de létalité de 0,6% et un taux de guérison de 92%, la pandémie n...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité