Résidences universitaires : Les étudiants broient du noir

Comme d’autres franges de la société, les étudiants vivant dans les résidences universitaires rencontrent des difficultés en cette période de confinement. Charles Kisito Fangman, Président du Comité des résidents de Cocody, nous donne plus de détails.

Quelle est la situation des étudiants qui vivent aujourd’hui dans les résidences universitaires ?

Il faut dire que, depuis l’avènement du coronavirus et la prise des mesures sanitaires, les résidences universitaires fonctionnent. Pareil pour le Centre régional des œuvres universitaires d’Abidjan (Crou-A). En Côte d’Ivoire, Dieu merci, les autorités n’ont pas demandé aux étudiants de déserter les cités. Les restaurants continuent de fonctionner.  Idem pour toutes les résidences universitaires du pays. Hélas, en cette période, de nombreux étudiants rencontrent quand même des problèmes.

Lesquels ?

Ils n’arrivent plus à subvenir à leurs besoins. Avant le Covid-19, beaucoup d’étudiants vivaient grâce à l’aide de la famille, grâce aux stages payants, aux cours à domicile, etc. À cause des problèmes économiques liés à la pandémie, de nombreuses familles n’arrivent plus à envoyer de l’argent. Ceux parmi les étudiants qui vivaient grâce aux petits contrats ne le peuvent plus pour la plupart. Ils sont livrés à eux-mêmes.

Comment vivent-ils alors ?

Nous nous entraidons. Nous nous serrons les coudes pour survivre. C’est la solidarité estudiantine. Mais cette situation ne peut pas continuer plus longtemps. Au début, nous avons reçu des dons de la part de la mairie de Cocody et de plusieurs structures privées. Certains étudiants ont reçu des bidons d’huile, du riz. Malheureusement, cela n’a pas suffi à régler le problème.

Que souhaitez-vous aujourd’hui ?

Nous sommes financièrement épuisés face à la pandémie qui s’étend. Nous plaidons auprès du Président de la République, qui fait déjà de nombreux efforts pour protéger la population ivoirienne. Nous lui demandons de venir en aide aux étudiants. Nous savons qu’il y a un plan d’aide aux populations vulnérables. Mais, lorsque nous observons les critères, nous avons l’impression que les étudiants ne sont pas prioritaires, alors que nous avons urgemment besoin d’aide.

Combien d’étudiants sont concernés par cette situation ?

Je dirais l’ensemble des étudiants vivant dans les résidences universitaires. À  Cocody, nous avons plus de  6 000 résidents rien qu’au campus, parce que les étudiants, par solidarité, partagent les lits avec leurs camarades. Et, dans l’ensemble des résidences d’Abidjan, il y a plus de 10 000 étudiants. À l’intérieur du pays, il y a autour de 2 000 étudiants. Toutes ces personnes vivent dans des situations difficiles.

Arrivez-vous à observer les mesures barrières ?

Au début de la pandémie, le ministère de l’ERnseignement supérieur et de la recherche scientifique a fait installer à l’entrée des résidences universitaires des seaux d’eau et du savon. Chaque étudiant doit se laver les mains avant de monter en chambre.

Portez-vous des masques de protection ?

Malheureusement, nous n’en avons pas.

Les restaurants arrivent-ils à faire respecter les mesures barrières ?

Heureusement, les étudiants ne mangent pas à l’intérieur des restaurants. Ils prennent leurs plats et vont manger en chambre.

Y a-t-il déjà eu des cas de Covid-19 signalés dans l’une des résidences universitaires ?

Non. Il  y a eu des rumeurs, mais je peux vous assurer qu’il n’y a pour l’instant aucun cas de Covid-19 signalé dans l’une des résidences universitaires. Nous avons des infirmeries et la médecine fonctionne toujours.

Qu’en est-il de l’année académique ? Avez-vous une idée de la date de reprise des cours ?

Nous n’avons pour l’instant aucune idée de la reprise des cours à l’université. Il est vrai que beaucoup veulent que les choses reprennent, mais nous disons qu’il ne faut pas se précipiter. Dans plusieurs départements, l’année 2018 - 2019 n’est pas achevée. Ces départements vont faire des pieds et des mains pour achever cette année en retard, afin d’éviter trop de cumuls à la reprise.

Raphaël TANOH

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 24/09/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

De la peur à la banalisation

La Côte d’ivoire compte aujourd’hui près de 20 000 cas confirmés de Covid-19, 18 000 malades guéris et moins de 120 décès. Avec un taux de létalité de 0,6% et un taux de guérison de 92%, la pandémie n...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité