Trafic d’espèces protégées : Près de 150 kg d’écailles de pangolin saisis auprès d’un couple présumé trafiquant

Un couple de trafiquant opérant dans le commerce illégal d’écailles de pangolins a été mis aux arrêts avec près de 150 kg d’écailles de pangolins par les autorités ivoiriennes avec l’appui technique du projet EAGLE-Côte d’Ivoire, jeudi 29 aout dernier à Agboville, région de l’agneby tiassa.

L’opération a été menée par des éléments de l’Unité de lutte Contre la criminalité Transnationale (UCT)  et du ministère des eaux et forets avec la collaboration du projet EAGLE-Côte d’Ivoire, spécialisé dans la lutte contre le trafic d’espèces protégées. Les présumés trafiquants incitaient des braconniers à abattre massivement des pangolins et rassemblait les écailles qu’ils écoulaient illégalement sur le marché noir ivoirien et vers le marché asiatique. L’homme du couple, était assisant à la direction départementale du ministère des ressources animales et halieutiques à Soubré, région de la nawa.

Transféré au parquet d’Abidjan, mardi 3 septembre, le couple, s’il est retenu coupable, risque une peine de 12 mois de prison ferme, assortie d’une amende allant de 3000 à 300 000 Francs CFA, selon l’article N°65-255 du 4 août 1965 relatif à la protection de la faune et à l’exercice de la chasse. Une loi qui, dans les mois à venir, devrait connaitre un véritable toilettage afin de passer de 10 à 20 ans et d’une amende de 10 000 000 FCFA à 100 000 000 FCFA ou de l’une des deux peines, sans préjudice des dommages et intérêts, enfreint les dispositions de la présente loi et de ses textes d’application, concernant une espèce inscrite à l’annexe 1.

Le pangolin est classé en annexe 1, parmi les espèces sauvages intégralement protégées en danger d’extinction à la suite de la COP CITES 2016. Mais malgré cette interdiction, le pangolin reste l’animal sauvage protégé le plus braconné au monde entre demande de viande en Afrique, d’écailles pour des prétendus vertus thérapeutiques ou aphrodisiaques en Asie dont aucune science n’a confirmé. Pour rappel, les écailles de ce pauvre mammifère fourmilier sont constituées de kératine, la même protéine présente dans nos ongles et cheveux.  Cette arrestation est la troisième du genre dans le pays après l’opération gigantesque des 3 tonnes d’écailles de pangolin en juillet 2017, et celles de l’année 2018 où plus 700 kg d’écailles avaient été saisies par les autorités ivoirienne.

 

Ouakaltio OUATTARA avec Eagle-CI

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 24/09/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

De la peur à la banalisation

La Côte d’ivoire compte aujourd’hui près de 20 000 cas confirmés de Covid-19, 18 000 malades guéris et moins de 120 décès. Avec un taux de létalité de 0,6% et un taux de guérison de 92%, la pandémie n...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité