Aboisso : Une opération de police sauve 137 enfants de l’exploitation et de la traite

Les limiers de l’Unité de lutte contre la criminalité transnationale organisée (UCT) ont sauvés plusieurs enfants.

La lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants s’est accentuée cette semaine dans le département d’Aboisso.

Les limiers de l’Unité de lutte contre la criminalité transnationale organisée (UCT) conduits par l’Adjudant Toh Salif, vient de mettre fin à un réseau de trafic d’enfants. Le vendredi 10 janvier 2020,   un équipage de l’UCT siffle un car en provenance de Noé pour Abidjan. À son bord,  Diaby est chef convoyeur d’une société de transport ivoirienne qui dessert la destination Abidjan-Cotonou au Bénin et Tchokpohoue Kou Segnano. Ils essayaient de faire passer des mineurs en provenance du Bénin et de Togo. La supercherie sera fort heureusement découverte lors des contrôles.  Ces enfants n’étant  pas accompagnés ont attiré l’attention des policiers. Face aux questions des policiers, les enfants  dénoncent  Tchokpohoue Kou Segnanou, leur convoyeur. Malheureusement pour ce dernier,  il ne dispose d’aucune procuration des parents biologiques des enfants  lui donnant le droit  et la responsabilité  pour convoyer ces enfants à Abidjan.  Harcelé de questions, il se mettra à table en citant  son acolyte Diaby à qui  il remet  de l’argent à chaque passage  pour  assurer  son business. 

Il s’agit d’une opération de police dont le nom de code est « Bia III »  initiée et financée par le Comité national de surveillance des actions de lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants (CNS) présidé par Dominique Ouattara, Première dame de Côte d’Ivoire et conduite conjointement par la sous-direction de la Police criminelle en charge de la lutte contre la traite des enfants et la délinquance juvénile et l’unité de lutte contre la criminalité transnationale organisée (UCT)avec l’assistance d’Interpol.  Après Bia I en 2009 et  Bia II  au Ghana en 2011, cette  nouvelle opération « Bia » III a eu pour théâtre d’action  la zone d’Aboisso dans la région du sud-comoé.   Zone de  production du cacao et porte d’entrée  de la Côte d’Ivoire en venant  du Ghana,  le département d’Aboisso est un point névralgique dans la lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants.   Une réalité sociologique que la Première dame, présidente du CNS et les structures impliqués dans cette opération de police ont décidé d’exploiter pour donner un signal fort aux exploitants et aux trafiquants d’enfants.

Ainsi, du 09 au vendredi 10janvier 2020 une trentaine de policiers de ces deux unités appuyés par des policiers locaux ont investi la ville d’Aboisso.  Leur objectif : mener une opération de recherche des enfants exploités dans les plantations ou sous d’autres formes dans la localité d’Aboisso.  Cette mission de répression  s’inscrit  dans le cadre global de la lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants.  Aussi, les acteurs  impliqués dans la lutte contre la remédiation de ces phénomènes ont décidé de passer à la phase de la répression. C’est pourquoi pour plus d’efficacité sur le terrain,  le modus operandi  de Bia III  a consisté pour la première journée à investir les plantations et les villages à la recherche  d’enfants en situation d’exploitation et de travail. Pour la seconde journée, il a consisté à procéder à des contrôles de véhicules aux fins de rechercher des enfants non accompagnés et donc susceptibles d’être convoyés pour des fins d’exploitation et de traite.  

 

Cette première journée a permis de secourir une quarantaine d’enfants découvert en situation d’exploitation et de traite dans les plantations ou exerçant un métier dangereux pour son âge. L’âge de ces enfants sauvés lors de cette première journée  varie entre 6 et 17 ans. Plus d’une centaine d’enfants arrachés aux mains des  trafiquants

 

Après 48 heures d’opération, la moisson a été plus qu’honorable. Faisant le point à la presse, le commissaire divisionnaire Kouadio Yeboué Marcellin, Préfet adjoint de police d’Aboisso  a  exprimé sa satisfaction suite au bon déroulement de l’opération. En effet,  il a indiqué que ce sont 137 enfants victimes qui ont pu être sauvés des griffes des trafiquants ou d’une situation  les mettant en danger. Parmi ces enfants, 15 seront transférés à Abidjan. «(…) nous avons pu secourir 137 enfants victimes de traite et d’exploitation. Sur les 137, il y a 15 qui sont en état de risque  et aussi 12 trafiquants qui seront mis à la disposition de la Justice. Et parmi les 12, il y a 03 qui  seront transférés à Abidjan pour la suite de l’enquête. Les enfants  sauvés sont de nationalité nigériane, nigérienne béninoise, ghanéenne et togolaise.  Et selon leur nationalité, ils étaient destinés à la prostitution pour les nigérianes,  le pneumatique et le commerce pour les togolais, les béninois et les nigériens », a recommandé le préfet adjoint d’Aboisso.  

Raphaël TANOH avec cabinet Première dame

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 24/09/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

De la peur à la banalisation

La Côte d’ivoire compte aujourd’hui près de 20 000 cas confirmés de Covid-19, 18 000 malades guéris et moins de 120 décès. Avec un taux de létalité de 0,6% et un taux de guérison de 92%, la pandémie n...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité