Afrique de l’ouest : les militaires ivoiriens parmi les mieux lotis

Plus nombreux et mieux payés, les militaires ivoiriens n’ont rien à envier à leurs voisins.

Dans l’ensemble, les soldats ivoiriens, dont le salaire moyen est de 150 000 francs CFA, ont de quoi être enviés par leurs homologues de la sous-région, où les soldes varient entre 50 000 et 80 000 francs CFA. Des salaires qui tiennent aussi compte du coût de la vie dans chacun des pays.

Ils sont environ 10 000 au Mali, 12 000 au Sénégal et 11 200 au Burkina, contre une armée de 24 300 militaires dans les Forces armées de Côte d’Ivoire (FACI). En nombre comme en rémunération, les FACI sont au dessus du lot. Pour ce qui est des salaires, leur traitement est double, voire presque triple de ce que gagnent leurs frères d’armes.

 

Du simple au double En Côte d’Ivoire, selon des militaires joints par JDA, les salaires moyen varient de 137 000 francs CFA à 210 000 francs CFA pour les militaires du rang et les sous-officiers. Ils sont donc nettement mieux logés que ceux du Mali et du Burkina où le salaire moyen se situe entre 50 000 et 120 000 francs CFA. Par rapport à ces deux pays, les Sénégalais peuvent se targuer d’être mieux traités, car ils perçoivent entre 80 000 et 150 000 francs CFA, un salaire qui peut même atteindre 250 000 francs pour les sous-officiers en fin de carrière. Mais pour le lieutenant-colonel Yves N’Zi, à la retraite, « ces chiffres ne doivent nullement cacher le fait que le niveau de vie varie d’un pays à un autre. » En effet, cet écart au niveau des salaires des militaires est aussi visible au niveau des autres emplois de la fonction publique et du privé.

 

Dans le beurre Quant aux officiers supérieurs, dans chacun des quatre pays suscités, ils se taillent la part du lion, avec des salaires moyens évalués entre 300 000 et 600 000 francs CFA. Au Sénégal par exemple, où l’armée n’a jamais été impliquée dans une tentative de coup d’État ou de rébellion, contrairement au Mali et au Burkina, qui avait aussi connu des mutineries à l’époque du Président Compaoré, le salaire du Chef d’état-major général des armées (CEMGA) a été fixé à 5 millions de francs CFA, et ceux du Chef d’état-major particulier du Président de la république et de l’inspecteur général à 3 millions, en 2015. Cette augmentation, qui avait fait grand bruit à Dakar à l’époque, ne concernait ni les sous-officiers, ni les hommes de troupe, mais n’avait pas entraîné de bruits de bottes.

Anthony NIAMKE

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 22/06/2017
Voir tous les Hebdos
Edito
Par KODHO

Diversion

En choisissant le macadam comme tribune politique, avec sa marche du 17 juin, le président du Front populaire ivoirien (FPI), Pascal Affi N’Guessan, a remis au goût du jour les prat...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité