Maria Sovich transforme sa passion pour la cuisine en business

Maria Sovich est la fondatrice de Kenyan Classic Preserves, une compagnie spécialisée en aliments de conserves. Commencée modestement, elle produit, de nos jours, plus de 55 produits commercialisés au Kenya et dans les pays voisins.

Tout ce que je fais aujourd’hui est la manifestation de mon intérêt pour la cuisine. Quand j’étais enfant, j’étais toujours entre les jambes de ma mère dans la cuisine. J’adorais la voir cuisiner, mélanger des ingrédients… C’est avec plaisir que je me passais pour l’aide cuisinière (ndlr). Je m’amusais à cuisiner des jams et certaines sauces derrière le dos de maman. Et quand j’ai voyagé en France, je me suis perfectionnée. C’est la que j’ai compris que mon destin était lié à la cuisine. C’est ainsi que quand je rentre au Kenya, je propose des confitures, des jams et des sauces au cours des craft fairs. Ça marchait bien. J’ai compris que je pouvais y tirer un revenu et commencé à étudier le projet. Petit à petit pendant l’étude du projet, je réalisais que j’étais entrain de créer une grande entreprise. En pratique, je continuais à préparer et vendre des confitures et jams. Petit à petit, j’ai introduit de nouveaux produits tels que la mustard, les pickles, la pâte d’arachides, le chutney, les tomates séchés, etc. Aujourd’hui, cela fait plus de 55 produits.
Le besoin en fruits devenait plus grand chaque jour. J’ai donc décidé de cultiver mes propres fruits: fraises, goyaves, raspberries, tomates. J’ai aussi contracté une douzaine de cultivateur à qui je fournis des semences et de qui j’achète les fruits que je ne cultive pas. Ainsi fut-il possible de transformer une passion en entreprise fructueuse.

Conseils aux futurs entrepreneurs

« Il arrivera un moment dans la vie quand vous découvrirez une activité qui vous va très bien; quelque chose de passionnant. Il ne restera qu’à travailler dur et être patient. Ça marchera parce que c’est quelque chose que vous adorez. Il n’y a rien de pire que faire quelque chose qu’on n’aime pas…. Tout le monde peut faire des prouesses, peu importe l’âge! Il suffit d’y mettre la tête… Enfin, je conseille aux entrepreneurs de savoir profiter des conditions les environnant. Facebook par exemple! Il n’y a rien de plus merveilleux que Facebook pour promouvoir les produits. Nous y mettons des photos et des recettes et les gens font des commandes. C’est merveilleux ».

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 14/12/2017
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Yamoussoukro : À quand le transfert effectif ?

La ville de Yamoussoukro n’est en réalité la capitale politique de la Côte d’Ivoire que de nom et sur papier. Du Président Henri Konan Bédié &agrav...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité