Décès de Pr Laurence Adonis Koffi: La communauté hospitalière demande justice

La mort du professeur a choqué de nombreux acteurs.

Alors que la communauté musulmane célébrait la fête du Ramadan ce samedi, les Ivoiriens ont été bouleversés en apprenant le tragique accident de circulation qui a coûté la vie à une famille. Pendant qu’ils faisaient du sport à Cocody- Angré, cité « Soleil 2 », Laurence Adonis Koffi, Professeur en Pédiatrie qui travaillait au CHU de Yopougon, son époux, Elpherge Guillain Koffi et leur fils Emmanuel Elpherge ont été fauché par une voiture. Les victimes ont été mortellement percutées par un véhicule dont le conducteur aurait perdu le contrôle, selon un communiqué du ministère des Transports. « Il ressort également que le véhicule impliqué avait à son bord trois occupants, tous en état d’ébriété très avancé », signale le communiqué. Devant ce malheur la communauté universitaire et hospitalière veulent justice.

Raphaël Tanoh

Leg : Laurence Adonis Koffi était Professeur en Pédiatrie.

 

Dr Yeo Kanabein Oumar, secrétaire général du Collectif des enseignants-chercheurs et chercheurs (Codec) :

 

« Elle laisse derrière elle, un héritage »

 

« C’est toute la communauté universitaire qui est frappé par ce drame. Nous présentons nos condoléance à la famille biologique. Devant la mort qu’est-ce qu’on peut ? Le décès du Professeur Laurence Adonis Koffy est une grande perte pour l’université Félix Houphouet Boigny. Elle  laisse derrière un héritage scientifique. Un héritage qu’il faut perpétuer ».

 

 

 

 

Pkan Mouty, secrétaire général de la Mutuelle des agents de santé du CHU de Yopougon:

 

« Que les coupables soient punis »

 

« Professeur Laurence Adonis Koffy a sauvé de nombreux bébés ici au CHU de Yopougon. Nous présentons nos sincères condoléances à la famille des chercheurs mais aussi à sa famille biologique. Aussi nous demandons aux autorités de sanctionner ce genre de drames. Que les coupables soient punis. Et que ce type de chauffards soit rayé de nos routes ».

 

Vamoussa Sylla, membre du bureau de la Coordisanté ;

 

« Il faut arrêter l’alcool au volant »

 

« Nous présentons nos condoléance à la famille biologique et à la grande famille universitaire. C’était une grande dame et nous déplorons les conditions dans lesquelles elle a perdu la vie, avec son époux et leur fils. Nous espérons que les coupables seront punis. Des gens sans foi ni loi, conduisent en état d’ébriété et endeuillent de nombreuses familles chaque année. Nous demandons aussi que des tests d’alcoolémie soient faits sur les routes et que soient également instaurés les permis à points ».

 

 

Dr Guillaume Akpess, secrétaire général du Synacass-CI :

 

« Que toute la lumière soit faite »

 

« Nous présentons nos condoléance à la famille. C’est un évènement déplorable, dramatique dû à l’inconscience de certaines personnes. Nous demandons que toute la lumière soit faite sur ce drame ».

 

 

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 24/09/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

De la peur à la banalisation

La Côte d’ivoire compte aujourd’hui près de 20 000 cas confirmés de Covid-19, 18 000 malades guéris et moins de 120 décès. Avec un taux de létalité de 0,6% et un taux de guérison de 92%, la pandémie n...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité