Gnagna Zadi Théodore: « Les fonctionnaires ivoiriens payent un lourd tribut aux crises »

En ce début d’année 2020, la Plateforme nationale des organisations professionnelles de Côte d’Ivoire a une lecture assez mitigée du climat social.

Pensez-vous mettre vos revendications en veille et attendre la présidentielle ? 

En syndicalisme, il n’y a pas d’année d’observation qui tienne. La lutte est continuelle. Bien sûr, revendiquer ne signifie pas forcément faire la grève. Nous avons entamé des discussions avec le gouvernement, que nous comptons poursuivre. Nous allons continuer à poser nos problèmes. 2020, en dehors des troubles que nous pouvons craindre, est pour nous une année comme une autre. Mais, avec la présidentielle, c’est l’occasion pour les fonctionnaires de s’adresser aux candidats qui vont établir leurs programmes.

Avec les évènements actuels, quel est l’état d’esprit de la faîtière ?

Notre souhait est que 2020 soit une année de paix. Nous avons des raisons de souhaiter la paix plus que tout autre. Car, pendant les périodes de crise, ce sont les fonctionnaires qui payent le plus lourd tribut. Les années électorales ont été difficiles pour nous. Il faut que la paix règne. Beaucoup ont tout perdu en 2002 et en 2010. Que cette année, où nous sentons déjà des crispations, ne soit pas une année de décombres. Mais notre priorité reste l’amélioration des conditions de vie et de travail des fonctionnaires.

Justement, quelles sont ces priorités ?

Que le payement du stock des arriérés, qui a débuté depuis trois ans, reprenne. Mieux, nous souhaitons que le délai de 8 ans initialement donné pour épurer tous ces arriérés soit raccourci. Donc, que les 5 ans qui nous restent soient ramenés à 3, voire 2, ans. Nous n’avons pas envie de traîner ce contentieux, car, il faut travailler sur les revendications futures.

Quelles sont ces revendications ?

Pour nous il s’agit de la revalorisation de l’indice référentiel de base, qui est resté à 233,45 FCFA depuis plus de 60 ans, alors que le coût de la vie a augmenté.

Il y a également les accessoires de salaires, qui ne sont pas attribués à tous les fonctionnaires. Cela doit changer. Ces accessoires doivent être revalorisés en tenant compte, bien sûr, du coût de la vie. Parmi ces accessoires, il y a notamment l’indemnité de logement. Ensuite, nous voulons que l’État attribue un 13ème salaire aux fonctionnaires qui sont payés le 22 décembre. Un salaire qui doit couvrir tout le mois de janvier.

Raphaël Tanoh

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 02/07/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Le cas Floyd

Trayvon Martin ? Décédé ! Eric Gardner ? Décédé ! Michael Brown ? Décédé !  Atatiana Jefferson, J...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité