Lutte contre l’immigration irrégulière: 1 200 enfants et jeunes visés dans le Tonpki

La lutte contre l'immigration irrégulière cible également les enfants dans le Tonkpi.

L’Association des enfants et jeunes travailleurs (AEJT) de Côte d’ivoire est à Man depuis mardi 18 février 2020  pour présenter un projet de protection des enfants et jeunes migrants contre les violences, les abus et les exploitations. A l’occasion de la réunion de la direction régionale de la protection de l’enfant, de la famille et de la femme, Weto Yves Roland, coordonnateur national de l’association des enfants et jeunes travailleurs de Côte d’Ivoire, il est question  pour sa structure de présenter aux autorités et aux organisation de la société civile ainsi qu’aux couches socioprofessionnelles les activités du projet sur la prise en charge et la protection des enfants et jeunes migrants contre les violences, l’exploitation et les abus, qui sera exécuter à Man pendant l’année 2020. Pour lui, il est important d’avoir l’adhésion de tous afin de réussir la mise en œuvre de ce projet à Man. « Il s’agit à travers ce projet de mener des activités de sensibilisation et d’information des jeunes et leurs parents sur les risques de l’immigration irrégulière », a fait savoir M.Weto. Dans le cadre de ce même projet il sera question d’assister ceux qui ont tenté l’immigration et qui ont échoué avant de retourner au pays. Et le coordonnateur d’ajouter : « Le projet pourra aider ceux qui n’ont pas d’activité dans le but de favoriser leur insertion socioprofessionnelle afin de enlever la volonté de vouloir y retourner ». Il est prévu un renforcement des capacités des enfants et leurs parents sur la thématique de l’immigration en vue de réduire ce phénomène. Une quarantaines de participants issus des organisations de luttes contre l’immigration clandestine ont pris part à l’atelier de présentation du projet. Un projet qui doit toucher plus de 1200 enfants et jeunes dans 4 localités à savoir Yopougon, Abobo, Daloa et Man. Dans la capitale régionale du Tonkpi, ce sont 30 enfants et jeunes qui seront insérés dans le tissu socioprofessionnel sur les 120 qui seront intégrés dans le cadre de ce projet. L’AEJT est une association de défense et de protection des droits de l’enfant créée à Bouaké en 1994. Elle est présente dans 455 villes de 27 pays. Elle aide les jeunes et les enfants à se constituer en véritable acteurs de leur propre développement.

 

Raphaël TANOH avec correspondance particulière

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 25/06/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Le cas Floyd

Trayvon Martin ? Décédé ! Eric Gardner ? Décédé ! Michael Brown ? Décédé !  Atatiana Jefferson, J...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité