Bien-être de l’enfant africain : Les gouvernements africains invités à se pencher sur le cas

La présidente du Conseil national des droits de l’homme (CNDH), Mme Namizata Sangaré, a procédé ce mardi 18 juin dans ses locaux au lancement du forum et de plaidoyer sur le rapport africain sur le bien-être de l’enfant 2018 dont la thématique est « Bienveillance envers les enfants – Progrès des gouvernements africains ».

Selon elle, le principal objectif de ce Forum de lancement et de plaidoyer est de promouvoir des mesures urgentes et transformatrices de la part des gouvernements africains afin d’investir massivement dans les enfants et dans la jeunesse et de réduire significativement la malnutrition, d’améliorer l’accès à la santé et la qualité de l’éducation et de créer des opportunités d’emploi pour la population rapidement croissante de jeunes sur le continent.

Ce rapport qui est à sa 5è publication de la série publiée tous les deux ans, se veut en effet, examiner les performances des gouvernements africains dans la réalisation de leurs engagements envers les enfants, sur la base de l’Indice de bienveillance envers les enfants (IBE).

« Ce lancement qui intervient au lendemain de la célébration de la Journée de l’Enfant Africain, est une piqûre de rappel sur la problématique des droits de l’Enfant et sur notre responsabilité à les protéger sur le continent africain. Elle nous interpelle tous sur notre devoir », a-t-elle déclaré.

Pour le vice-président du Forum des ONG et Associations d’aide à l’enfance en difficulté, Gustave Gbanhé, présent au cours de cette cérémonie, ce rapport révèle « l’éducation qu’il qualifie de piètre éducation d’un bon nombre d’enfant africain qu’il faut améliorer, il parle de la malnutrition qui a des impacts sur l’enfant, notamment les maladies infantiles, les décès, il parle aussi de la question de l’employabilité de la jeunesse. Une jeunesse qui est oisive est exposée à de nombreux risques », explique-t-il, avant d’ajouter que ce Forum a pour but de contribuer à éviter la crise imminente du capital humain et la menace potentielle pour la sécurité, la stabilité et, plus largement, pour le développement social et économique du continent.

Anthony NIAMKE

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 24/09/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

De la peur à la banalisation

La Côte d’ivoire compte aujourd’hui près de 20 000 cas confirmés de Covid-19, 18 000 malades guéris et moins de 120 décès. Avec un taux de létalité de 0,6% et un taux de guérison de 92%, la pandémie n...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité