Grandes écoles : Les points de désaccord

Les projecteurs sont braqués sur les étudiants, particulièrement sur ceux des grandes écoles. Pour l’examen du BTS et les soutenances, aucune précision de date n’a encore été faite.

Officiellement, les cours en 2ème année dans les grandes écoles sont censés s’arrêter le 15 juillet. Mais le diagnostic établi par les enseignants montre clairement que chaque établissement a son propre chronogramme. « La situation n’est pas la même d’un établissement à l’autre. Certes, certains vont arrêter les cours à partir du 15 juillet. D’ailleurs, d’autres ont déjà cessé de les dispenser depuis la semaine dernière. Mais beaucoup vont continuer », résume René Yao, Secrétaire général du Syndicat national des enseignants du supérieur privé (SYNESUP). Et ce n’est pas le seul point de désaccord qui subsiste dans les grandes écoles depuis la reprise des cours. « La double vacation n’est pas appliquée dans tous les établissements, parce que cela demande plus de moyens aux promoteurs. Scinder une classe en deux revient en fait à payer l’enseignant deux fois. Beaucoup ont préféré faire fi des mesures sanitaires et poursuivre les cours avec des classes normales. Et les premières années n’ont pas repris dans tous les établissements », ajoute René Yao. Coronavirus oblige, de nombreux établissements ont décidé d’achever leurs programmes avec des cours en ligne. Seule alternative pour les enseignants. Mais encore faut-il que cela soit adopté par tous.

Cours en ligne « Tout le monde ne fera pas des cours en ligne. Dans ce système, les enseignants proposent des cours de renforcement, comme chaque année. Les étudiants pourront se rabattre sur cela », poursuit le secrétaire général du SYNESUP. Des conditions que les étudiants eux-mêmes jugent difficiles. « On n’a aucune précision sur notre sort », rappelle Auguste Assalé, Secrétaire général de la Fédération des élèves et étudiants de l’enseignement technique et professionnel de Côte d’Ivoire (FETEP-CI). À l’entendre, la date d’examen du Brevet de technicien supérieur (BTS) n’est pas encore connue des étudiants et c’est une cause de stress supplémentaire. « D’une école à l’autre, les étudiants n’auront pas les mêmes chances cette année pour affronter l’examen », regrette-t-il. Il n’y a pas que cela. Des milliers d’étudiants n’ont pas réussi à soutenir à cause de la pandémie. « Les deux dernières soutenances n’ont pas encore eu lieu. Nous attendons les dates pour la prochaine ». Nommé pendant la pandémie du coronavirus, le nouveau ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Adama Diawara, a annoncé en juin que l’examen du BTS se tiendrait au mois de septembre, sans toutefois fixer de date.

Raphaël TANOH

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 06/08/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Le cas Floyd

Trayvon Martin ? Décédé ! Eric Gardner ? Décédé ! Michael Brown ? Décédé !  Atatiana Jefferson, J...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité