Sao Tomé et Principe : Une page se tourne

Q ui a dit qu’en Afrique, les présidents sortant ne sortaient jamais ? La défaite de Manuel Pinto da Costa, président de Sao Tomé e Principe, ce dimanche 17 juillet, vient le démentir. À 79 ans, il perd la présidentielle dès le premier tour avec 24,8% des voix, contre 50,1% pour le candidat du parti au pouvoir, Evaristo Carvalho, soutenu qui plus est par le Premier ministre, Patrice Trovoada, 54 ans, fils de Miguel Trovoada, héros de la lutte pour l’indépendance, contraint à l’exil en France par da Costa. Tous deux issus du parti de centre droit, l’Action démocratique indépendante, ces deux hommes vont désormais gérer le plus petit pays d’Afrique (1 000 km2), au grand soulagement du Premier ministre, dont le souhait était de diriger cette ancienne colonie portugaise avec un président issu de son parti. De fait, à Sao Tomé e Principe, c’est le Premier ministre qui gouverne, le président étant cantonné à un rôle d’arbitre. Manuel Pinto da Costa, premier président de l’île (1975), avait mis en place un régime marxiste-léniniste à parti unique, avant de partir en 1991, pour revenir en 2011 en tant que candidat indépendant. Une page se tourne donc à Sao Tomé e Principe, archipel situé dans le golfe de Guinée.

B.S

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 17/09/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

De la peur à la banalisation

La Côte d’ivoire compte aujourd’hui près de 20 000 cas confirmés de Covid-19, 18 000 malades guéris et moins de 120 décès. Avec un taux de létalité de 0,6% et un taux de guérison de 92%, la pandémie n...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité