Coronavirus : Une opportunité de surmonter la discrimination et la haine à l'ère d’une crise sanitaire en 2020

La pandémie de coronavirus (la propagation de la maladie infectieuse) a fait naître dans le monde la peur de l'incertitude, mais elle a aussi créé une " vague d'humanité ". Alors que la mondialisation a été paralysée par le tout nouveau virus, le lien entre les familles et les voisins par l'isolement forcé devient encore plus étroit. En Corée, l'une des histoires les plus populaires dans les médias sociaux est celle d'une personne handicapée qui a secrètement fait don de ses masques durement gagnés à un bureau gouvernemental régional pour les personnes qui avaient des difficultés à en trouver. Aux États-Unis, un étudiant en éducation spécialisée de l'Eastern Kentucky University a produit et distribué gratuitement des masques pour les sourds et les malentendants. Les maladies infectieuses, quel que soit notre statut social, font que l'homme est confronté à la faiblesse inhérente aux êtres humains. Cela a permis de renforcer la solidarité entre les personnes au sein de la société.

D'autre part, l'homme s'est toujours créé des "ennemis" pour exprimer la peur et la colère causées par les maladies. Il s'agit de "discrimination" et de "haine" envers les étrangers ou les minorités. Alors que de nombreux pays ont mis en place des systèmes démocratiques et que la prise de conscience des droits civils et des droits de l'homme s'est améliorée dans le monde entier, la question de la "discrimination" et de la "haine" causées par les maladies n'est pas moins sérieuse qu'auparavant. De plus, l'augmentation de l'utilisation des réseaux sociaux et la diffusion de fausses informations rendent ce problème encore plus grave.

Propagation de la xénophobie : Au-delà des Chinois, vers l'ensemble de l'Asie

La haine chinoise s'est répandue dans le monde entier après qu'il a été révélé que le coronavirus avait été contracté pour la première fois à Wuhan, dans la province chinoise de Hubei. Cette fake news non confirmée a aggravé la haine des Chinois, en propageant l'aversion à toute la population asiatique. "Je m'inquiète de la façon dont les autres se comporteront même si je ne tousse pas en public", a déclaré une Française d'origine asiatique qui a lancé le hashtag #JeNeSuisPasUnVirus. "Le racisme à l'égard de la société asiatique n'est pas sous-estimé ni débattu du tout. Ce qui est pire que le virus, c'est le racisme systémique", a-t-elle déclaré sur Twitter.

Eula Biss, une auteure américaine, explique dans le livre "On Immunity" que "l'homme croit depuis longtemps que la maladie est fabriquée par quelqu'un qu'il définit comme un frappeur" et que "la peur a été sublimée par la discrimination ethnique ou raciale, appelant les épidémies "maladie chinoise", "maladie espagnole" et " maladie italienne". Ce phénomène reste inchangé dans la société moderne, où la science a progressé.

Les Européens ne sont pas une exception

En mars, l'Union européenne (UE) s'est plainte du fait que les Européens avaient du mal à rapatrier leurs citoyens à cause de fake news selon lesquelles les Européens propageraient le coronavirus dans le monde entier. L'UE, en particulier, a eu du mal à trouver des vols dans 20 régions, dont l'Amérique du Sud et l'Asie du Sud, et a affirmé que "de nombreux populistes affirment que les avions transportant des Européens apportent le coronavirus".

 Ainsi, la discrimination à l'égard des étrangers et la haine ne connaissent pas de frontières entre les nationalités et les régions.

La haine des minorités

Au moment de la montée du choléra au XIXe siècle, la famille royale de la dynastie Qing a également attribué la responsabilité de la peste au nouveau groupe religieux rebelle, le "Lotus blanc". Des rumeurs non vérifiées circulaient selon lesquelles la maladie était causée par la pulvérisation de poison dans les puits et les champs de concombres. En Hongrie, lorsque 100 000 personnes sont mortes du choléra, les agriculteurs qui le considéraient à tort comme une "mort par le poison" ont encerclé le château et tué des médecins, des officiers et des aristocrates.

 Au XXe siècle, les rumeurs se sont répandues aux États-Unis selon lesquelles l'épidémie de grippe espagnole était causée par un petit groupe de personnes, dont des Allemands, des immigrants d'Europe de l'Est ou des Noirs.

Un phénomène similaire se reproduit au XXIe siècle. L'attention de nombreuses personnes s'est portée sur l'église Shincheonji après qu'il ait été révélé qu'une personne infectée, "31e patient" ayant causé une infection collective dans une région de Corée du Sud, appartenait à l'église Shincheonji, appelée "église de dénomination". Les médias, les politiciens et les sociologues à l'étranger considèrent cette situation avec inquiétude. Bien que le 31e patient de l'église Shincheonji soit accusé d'avoir causé une infection massive dans une région de Corée, cela ne devrait pas se transformer en une chasse aux sorcières des temps modernes. Elle devrait être utilisée comme un outil pour trouver des moyens de mieux appliquer la quarantaine et de se méfier d'être sujet à une consommation émotionnelle ou politique", ont-ils souligné.

L'importance du rôle des médias en cette période de pandémie

Il est difficile d'éradiquer complètement les problèmes de "discrimination" et de "haine" qui apparaissent en période de pandémie. Cependant, la contribution des médias peut prévenir ou atténuer ces problèmes.

Les médias ne devraient pas se contenter de rapporter le phénomène causé par le coronavirus, mais vérifier activement les faits et essayer de corriger les conflits causés par les fake news. La plupart des lecteurs ont tendance à prêter attention au contenu provocateur. Cependant, si les médias produisent des reportages provocateurs sans avoir procédé à une vérification des faits pour répondre aux besoins des utilisateurs, ils ne produiront que ce type de nouvelles et les conflits sociaux augmenteront. Cela pousse le gouvernement et les citoyens à exercer une surveillance mutuelle et à rechercher les meilleures solutions.

C'est une vertu importante des médias de diffuser l'information aux citoyens comme le point de vue d'une tierce partie et ce, sans appartenir à l'une ou l'autre des parties au titre de partie "neutre". Cependant, lorsque les citoyens du monde entier sont inquiets en raison de l'incertitude des maladies, c'est aussi une véritable fonction des médias d'intervenir pour pouvoir analyser et résoudre le problème d'un point de vue objectif comme ils l'ont fait pour la réforme et la déclaration de la guerre froide, et la démocratie dans la société moderne.

Le gouvernement devrait parvenir à "réduire le fossé empathique"

Dans le cadre de la pandémie, le public est très attentif aux paroles et aux actions du gouvernement et des collectivités locales, qui ont réuni un groupe d'experts. C'est un phénomène que nous observons partout dans le monde, qu'il s'agisse ou non d'un petit pays dirigé par un gouvernement.

Par conséquent, le gouvernement devrait encourager la distance sociale mais aussi prendre l'initiative de réduire le fossé empathique. En effet, le manque d'harmonie et la peur d'un groupe particulier pourraient naître s'ils ne parviennent pas à réduire le fossé empathique, ce qui pourrait entraîner un autre préjudice social, tel que la violence et des problèmes de sécurité. Il convient de rappeler que tout individu ou tout pays peut être victime de haine et de discrimination à une époque où le monde évolue dans une logique communautaire.

Les problèmes de conflits raciaux et de discrimination contre les groupes minoritaires causés par les maladies infectieuses n'ont cessé d'apparaître dans l'histoire de l'humanité. Il ne faut pas permettre que cela entrave le règlement de la crise épidémique et la croissance du pays. Et cela peut être évité grâce aux efforts du gouvernement pour réduire le fossé emphatique et la relation avec les médias.

Certains disent que le rôle du gouvernement et des médias a été limité en raison du développement des réseaux sociaux et de YouTube. Cependant, il a été confirmé que plus il y a de crises nationales, plus les gens observent les propos et les actions du gouvernement et des médias qu'auparavant pour obtenir des informations utiles, car rien ne peut remplacer leur expertise et leur crédibilité.

Les experts dans divers domaines affirment que le coronavirus va changer radicalement la façon dont les gens vivent et pensent dans le monde. Certains vont régresser, mais d'autres vont se développer. J'espère que cette pandémie nous fera acquérir des attitudes plus matures face aux problèmes de "discrimination" et de "haine", et qu'elle nous permettra de les résoudre de manière plus ingénieuse lors des futures pandémies.

Une correspondance particulière

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 13/08/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Zone de turbulences

Nous y revoilà ! Entre deux repas, les Ivoiriens auront droit à leurs lots rebattus et ressassés de séductions, de dénigrements et de cris de ralliement, via ...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité