L'Europe a besoin d'un Green Deal 2.0

BRUXELLES – Le « Green Deal » de l'Union européenne est l'un des cadres politiques les plus réussis et les plus transformateurs de l'Union. Il propose une voie claire pour une durabilité totale d'ici le milieu du siècle. Mais les nouveaux défis, tels qu'un paysage géopolitique de plus en plus conflictuel et l’aggravation rapide des crises du climat et de la biodiversité, exigent de recalibrer le Green Deal pour s'assurer qu'il puisse atteindre ses objectifs.

Il existe trois façons de renforcer le cadre. La première consiste à aligner la lutte contre le changement climatique sur les efforts déployés pour rendre l'UE plus compétitive. Les prix de l'énergie en Europe, qui ont atteint des niveaux insoutenables à la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, sont la cause première du déclin de la compétitivité de l'Europe. L'invasion et l'interruption de l'approvisionnement en gaz naturel russe qui s'est ensuivie ont montré que la dépendance continue de l'Union à l'égard des combustibles fossiles exacerbe le changement climatique. Elle pose un risque immédiat pour l'avenir économique de l'Europe. En particulier, les États membres de l'UE paient actuellement le gaz naturel deux fois plus cher que les États-Unis et d'autres pays.

Pour rester compétitifs, les pays européens doivent accélérer la décarbonation de leurs systèmes énergétiques. Le succès du plan européen RePowerEU, qui a rapidement réduit la dépendance de l'Europe à l'égard du gaz russe, montre que c'est possible. Mais si elle ne prend pas de mesures significatives pour réduire sa dépendance à l'égard de grandes quantités de pétrole et de gaz naturel liquéfié, l'UE risque de ne parvenir qu'à une décarbonation partielle, ce qui l'exposerait à la volatilité des prix de l'énergie.

En lançant un effort décennal à l'échelle de l'Union pour décarboner les systèmes énergétiques et l’industrie européenne, la compétitivité de l'Union pourrait être améliorée de manière significative. En s'appuyant sur l'initiative Fit for 55 de l'UE, et notamment sur le système d'échange de quotas d'émission (ETS), les décideurs politiques pourraient mettre en place les cadres réglementaires et d'investissement nécessaires pour accélérer la transition vers les énergies propres tout en résistant aux futures tempêtes des marchés de l’énergie.

Pour cela, il faudrait que les 27 États membres de l'UE surmontent leur préférence pour le maintien de politiques industrielles distinctes. Dans le cadre d'un Green Deal 2.0, le pouvoir politique et financier des États membres pourrait être consolidé dans un plan européen unique de transition industrielle.

Pour que ce plan de transition fonctionne, il doit être étendu à des régions comme la Méditerranée et l'Ukraine, qui sont cruciales pour fournir des quantités suffisantes d'énergie à faible teneur en carbone et de matières premières. La coopération régionale en matière d'énergie pourrait également contribuer à relever deux autres défis majeurs auxquels l'UE est confrontée : les migrations et l'adhésion de l'Ukraine.

La deuxième façon de renforcer le Green Deal européen est de favoriser une transition juste vers une économie à faible émission de carbone. En plus d'accélérer le passage à l'énergie propre, les décideurs politiques doivent prendre des mesures pour s'assurer que personne n'est laissé pour compte, en particulier dans un contexte d'inflation élevée et de crise du coût de la vie.

Jusqu'à présent, le Green Deal européen s'est appuyé avec succès sur des mécanismes de redistribution, tels que les aides au revenu et les subventions, pour atténuer l'accroissement des inégalités qui accompagne généralement les transformations économiques. Mais la redistribution ne suffit pas à garantir une transition énergétique juste. Un Green Deal 2.0 doit mettre l'accent sur la solidarité et mettre en œuvre des réformes radicales sur les marchés du logement et de l'énergie, afin de permettre aux ménages à faibles revenus et aux petites et moyennes entreprises de participer pleinement à une économie qui se décarbonise rapidement.

Les instruments politiques pré-distributifs, tels que l'éducation, la formation professionnelle, l'urbanisme et les transports publics, doivent jouer un rôle central dans la prochaine phase de la transition énergétique de l'Europe. Après tout, le Green Deal européen ne concerne pas seulement la redistribution des revenus et des richesses, mais aussi la distribution équitable de l'espoir, des opportunités et du bien-être.

Enfin, l'UE doit réaffirmer son engagement en faveur de la biodiversité. Le cadre de propositions sur la biodiversité du Green Deal a subi d'importants revers au cours des derniers mois, les craintes accrues d'une révolte des agriculteurs ayant poussé la Commission européenne à annuler ou à retarder plusieurs réglementations et dispositions. Bien que les dommages causés aux objectifs climatiques globaux de l'UE aient été limités, la facilité avec laquelle des mesures essentielles ont été supprimées souligne le fait que le cadre ne met pas suffisamment l'accent sur la biodiversité, en particulier par rapport à ses composantes climatiques et énergétiques.

 

Le cadre énergétique du Green Deal n'a pas été confronté à des défis similaires, même dans un contexte d'augmentation du coût de la vie et du capital. En effet, la transition énergétique offre des avantages économiques tangibles à la société, aux entreprises et aux ménages, grâce au mécanisme efficace de tarification du carbone du système d'échange de quotas d'émission. En revanche, la préservation de la biodiversité ne bénéficie pas d'une telle justification économique et repose plutôt sur une volonté politique limitée.

 

Il existe pourtant un argument économique de poids en faveur de la biodiversité. En termes simples, la façon actuelle de monétiser un arbre est de l'abattre et de le vendre. En attribuant une valeur monétaire au contenu en carbone stocké par les arbres dans le cadre de l’ETS, un Green Deal 2.0 pourrait rendre le boisement rentable.

 

Un environnement sain peut jouer un rôle essentiel dans l'atténuation et l'adaptation au changement climatique. Il doit être valorisé en conséquence. À cette fin, la Commission européenne développe un instrument de type ETS pour l'utilisation des terres en utilisant son cadre de certification de l'élimination du carbone, qu'un Green Deal 2.0 pourrait faciliter. Une fois que nous aurons reconnu que la préservation de la biodiversité n'est pas seulement un impératif moral et sanitaire, mais aussi une stratégie commerciale intelligente, nous pourrons commencer à avancer dans la bonne direction.

Par Frans Timmermans

À LIRE AUSSI