David Ouedje : L’équipementier ivoirien au service de l’agriculture

Chaque année, les agriculteurs en Côte d’Ivoire produisent des tonnes de produits. Vendus bruts ces matières premières sont une source de revenus pour les producteurs, mais transformés, elles pourraient rapporter une importante plus-value. Conscient de cela, David Ouedje a décidé d’apporter sa pierre à l’édifice.

Passionné de mécanique depuis son jeune âge, David est encore sur les bancs de l’école quand il décide de fabriquer un four à pâtisserie pour sa mère afin que celle-ci puisse développer son activité. Après ce premier succès, le jeune inventeur décide de s’attaquer à l’épineux défi de la transformation que connaît le secteur agricole. Pour mener à bien sa mission, il décide de se rapprocher des coopératives agricoles en leur proposant des outils pour la transformation de leurs productions. :

Passion C’est le début d’une aventure qui commence en 2007 avec la création de son entreprise Laouedje 2OHD. Ses débuts se font dans le garage de ses parents. Difficile, dans ces conditions, de penser que l’entreprise naissante va devenir l’équipementier avant-gardiste d’aujourd’hui, avec environ une dizaine d’employés, des locaux modernes à Grand Bassam. «J’ai commencé à recevoir des demandes d’un peu partout me demandant de produire divers types de machines pour divers usages», raconte-t-il. Depuis sa création, l’entreprise a fait du chemin. Elle propose aujourd’hui une variété de machines entre autres les fours céramiques haute température, les chaudières à vapeur, les fragilisateurs pour la noix de cajou, les incinérateurs de déchets biomédicaux, les fours à pâtisserie, les boudineuses à argile, les déshydrateurs (séchoirs), les fours à pizza mobile, les alambics pour la distillation des huiles essentielles et de l’alcool, les presses, les cuiseurs d’attiéké grande capacité, etc… Ce que vous pensez, Laouedje le conçoit pour vous. Pour David, tant que le producteur ne peut pas bénéficier de toute la chaîne de valeur de son produit, il lui est difficile d’avoir un revenu décent. «Les équipementiers doivent donc soutenir l’élan de transformation des produits locaux entamés par certains producteurs en leur fournissant le matériel adéquat.» ajoute-t-il. En 2018, il remporte le prix du meilleur jeune investisseur dans la transformation et service d’appui ou valorisation des produits à la 3e édition du SIETTA. Aujourd’hui, cet autodidacte poursuit son ambition de devenir le meilleur équipementier du pays, en mettant l’accent, comme il l’a toujours fait, sur la qualité et la finition dans la conception de ses machines. Il souhaite ainsi contribuer à l’essor du secteur agricole en Côte d’Ivoire et en Afrique.

Anthony NIAMKE

 

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 02/12/2021
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Enquête et châtiments

85 morts, 484 blessés, 225 personnes interpellées, 176 inculpées et 45 placées sous mandat de dépôt : c’est le triste bilan des violences survenues ...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité