Gnamien Konan L'informaticien qui vise 2020

Sorti du gouvernement le 25 novembre et réélu député moins d’un mois après, Gnamien Konan n’a pas attendu longtemps pour marquer la rupture définitive avec le Rassemblement des Houphouëtistes pour la paix et la démocratie (RHDP), contrairement à son compagnon d’infortune Albert Mabri Toikeusse.

Ingénieur concepteur en informatique de gestion, Gnamien Konan, 64 ans, et président de l’Union pour la Côte d’Ivoire (UPCI) aura laissé un bon souvenir dans les annales de la direction générale des douanes. Il y a occupé plusieurs fonctions à partir de 2000 avant celui de directeur général de 2001 à 2008. S’il est reconnu pour sa culture de la transparence, le ministre Konan a été très souvent au cœur de polémiques, notamment lors de son passage au ministère de l’Enseignement supérieur.

Provocateur Pour Gnamien Konan, tout se résume à l’informatique. S’il a réussi à moderniser et à informatiser la fonction publique lors de son passage à la tête de ce ministère (2011-2014), il a laissé un mauvais souvenir au sein de l’Enseignement supérieur. Il avait en effet affirmé que les disciplines des lettres et sciences humaines n’étaient « d’aucune importance » et pouvaient même être supprimées. Une boutade qui lui avait valu une levée de boucliers des universitaires. Remettant le couvert, il avait fait savoir qu’il militerait pour la suppression du « repêchage » pour les candidats au baccalauréat. Le désaveu de la ministre de l’Éducation Kandia Camara ne s’était pas fait attendre. Plus tard, sa volonté d’instaurer une année supplémentaire à l’Université pour l’apprentissage de l’anglais et de l’informatique avait également soulevé le courroux des étudiants, si bien qu’ils l’avaient bloqué à l’université Alassane Ouattara de Bouaké en 2014. Muté au ministère de l’Habitat en 2015, il quittera le gouvernement en novembre 2016.

Les yeux vers 2020 En disgrâce auprès de ses alliés d’hier, Gnamien Konan veut poursuivre seul son chemin politique, car « il est désormais plus libre pour se concentrer sur son aveniret surtout sur sa candidature à la présidentielle de 2020 », révèle l’un de ses proches. Après avoir échoué à rallier des députés à sa cause pour former un groupe parlementaire, il a fini par accepter de rejoindre le même groupe parlementaire que celui de l’Union pour la paix et la démocratie (UDPCI). Toutefois, selon ses camarades, sa volonté de se mettre en ordre de bataille pour la présidentielle de 2020 n’est nullement entachée. « Nous avons un nouveau siège depuis le 7 janvier, et les choses se mettent en place pour être prêt pour l’élection », avait confié à JDA en janvier un militant du nom d’Yves Konan.

 

Ouakaltio Ouattara

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 06/08/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Le cas Floyd

Trayvon Martin ? Décédé ! Eric Gardner ? Décédé ! Michael Brown ? Décédé !  Atatiana Jefferson, J...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité