Armée : Le pouvoir multiplie les unités

L’armée ivoirienne redevient de plus en plus structurée

Des unités d’élite aux renseignements généraux, l’administration Ouattara diversifie les commandements et les approches. Une politique qui devrait permettre à l’Exécutif de multiplier ses sources d’informations.

Dans la poursuite de la réforme des forces armées, le Président de la République, Chef suprême des armées, multiplie des décisions afin de les professionnaliser davantage. Mais pas que. Au lendemain des mutineries du contingent dit des « 8400 », plusieurs approches ont été mises sur la table des sécurocrates d’Abidjan afin de gérer au mieux  les renseignements généraux et la gestion des troupes mais aussi rendre les unités plus opérationnelles.

Renforcer les unités d’élite Au Centre de commandement des décisions opérationnelles (CCDO), composé essentiellement de gendarmes et de policiers, qui a pour mission de lutter contre le grand banditisme, des conflits de positionnement en interne entre gendarmes et militaires avaient plombé le fonctionnement. Désormais, les militaires ont leur force d’élite, l’Unité de lutte contre le grand banditisme (ULGB). Cette force a pris ses quartiers à l’hôtel Sébroko, ex siège de la force de Nations unies (ONUCI). Rattachée directement à la présidence, contrairement au CCDO, rattaché au ministère de l’Intérieur, l’ULGB gère parallèlement une unité de renseignements généraux. Plusieurs unités spécialisées en la mati-re ne dépendent certes pas d’elle, mais elle est censée recevoir certains de leurs rapports. Cette diversification des sources d’informations et des commandements devrait permettre de « mieux recouper les informations et de mieux les traiter », confie une source militaire

Renforcement L’armée a procédé fin 2017 à un recrutement massif au sein des Forces spéciales (FS), l’unité d’élite qui constitue le « dernier rempart ». Son commandant d’alors a été promu début 2018 chef d’État-major général des armées.  Entre deux visites aux troupes sur le terrain, il en profite pour renforcer ses liens avec les autres corps. Fin janvier, après une forte rumeur de soulèvement des « 8400 », qui revendiqueraient cette fois-ci « une villa et un véhicule chacun », le nouveau chef d’État-major a procédé à un exercice de démonstration de force  à Bouaké, épicentre des revendications des mutins en 2017. Selon certaines sources, cet exercice a permis de rencontrer à la marge des leaders de ces soldats, afin de les dissuader de perturber à nouveau le climat social. S’ils n’ont pas totalement renoncé à leur projet, ils espèrent avoir un cadre de discussion pour en parler, confie l’un des leurs.

Ouakaltio OUATTARA

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 21/03/2019
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle « Génération sacrifiée » ?

Dans les premières heures du multipartisme, l’école avait été utilisée afin de maintenir la pression sur les dirigeants. Les élèves et étu...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité

hacklink panel bypass shell wso shell evden-eve-nakliyat hacklink satış hacklink paykasa hacklink hacklink satış hacklink panel hacklink al hacklink satis hacklink hacklink Google film izle porno porno izle porno seyret seks hikayeleri evden eve nakliyat istanbul evden eve nakliyat nakliyat nakliye