Mort de prisonniers proche de l’ancien régime : Accusé, le ministère de la justice se défend

Dans un communiqué de presse transmis à JDA signé du magistrat hors hiérarchie,   Joachim Kongoué Koffi, le ministère de la Justice et des droits de l’Homme réfute les allégations et insinuations selon lesquelles des « prisonniers proches de l’ancien régime » font objet de discrimination et ne bénéficieraient pas soins médicaux.  Indiquant par ailleurs que « toutes les prisons de Côte d’Ivoire sont dotées d’infirmeries avec un personnel médical qualifié. » Pour le ministère, ces infirmeries reçoivent régulièrement tous les détenus malades, sans aucune discrimination. « Ceux dont l’état de santé requiert une évacuation sanitaire sont référés vers les différents centres hospitaliers du pays » précise le communiqué avant d’ajouter que les organisations telles que le CICR, Expertise France, Secours médical islamique, apportent un appui aux différentes prisons, dans le domaine de la santé, de l’hygiène et de l’assainissement et ont la possibilité d’alerter l’opinion nationale et internationale sur toutes formes de discrimination envers les détenus

 

Après la mort de deux de ces détenus courant juin, Désirée Douati, en charge de ces prisonniers proche du front populaire ivoirien (FPI), n’avait pas hésité à accuser ouvertement le système médical pénitentiaires qui ne « porteraient pas assistante médicale à une catégorie de policier. »

 

Ouakaltio OUATTARA

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 27/02/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

2020 et alors ?  

Alors que s’égrènent les derniers jours de l’année 2019 et que pointent à l’horizon,  les premières lueurs du très attendu 2020, o...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité