Mutinerie : le gouvernement opte pour la fermeté

Alors qu’un groupe de soldats, au cours d’une rencontre avec le Président Ouattara le 11 mai, annonçaient qu’ils renonçaient à leur prime de 7 millions tel que promis par le gouvernement en janvier, des soldats se sont désolidarisés de ces derniers. cette situation qui a entrainé des tirs sporadiques dans plusieurs casernes du pays notamment dans la commune du Plateau à Abidjan et dans les villes de Bouaké (centre), Korhogo (nord) Odienné (Nord-ouest) et Man (ouest) suivis de barricades aux environs de ces camps.

Si le calme est revenu en début de soirée, ces mouvements  ont créé une psychose au sein de la population Abidjanaise occasionnant des fermetures de magasins dans la commune commerciale d’Adjamé.

Dans un communiqué lu à la télévision nationale, le chef d’état-major général des forces armés de Côte d’Ivoire (FACI), le général Sékou Touré, a indiqué que « tout militaire se livrant à des actes répréhensibles, s’expose à des sanctions disciplinaires sévères telles que prévues dans le règlement de discipline générale. »

Cette déclaration intervient après une réunion du conseil nationale de la sécurité présidée par le Président Ouattara en présence des grands commandements de l’armée. Selon certaines sources, si le gouvernement avait capitulé e janvier dernier, il a décidé d’opter pour la fermeté et de ne plus discuter avec les militaires.

 

Ouakaltio OUATTARA

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 20/02/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

2020 et alors ?  

Alors que s’égrènent les derniers jours de l’année 2019 et que pointent à l’horizon,  les premières lueurs du très attendu 2020, o...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité