PDCI - RDA : Les héritiers putatifs entre lobbying et discrétion

Henri Konan Bédié compte maintenir le flou sur son choix le plus longtemps possible.

Le plus ancien des partis politiques de Côte d’Ivoire, le PDCI, semble de plus en plus convaincu du soutien de son allié, le RDR, pour 2020. Une assurance qui aiguise les appétits de certains cadres, qui jouent soit la carte de la discrétion soit celle du lobbying.

Il est presque impossible d’aborder ouvertement la question de l’après Bédié lors d’une réunion du bureau politique ou au sein du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI). À  83 ans, l’ex chef d’État pèse encore de tout son poids sur un parti qui a régné durant 40 ans, jusqu’en 1999, et dont les yeux sont rivés sur l’horizon 2020.

Tenue camouflée Personne ne veut offenser celui qui tient en main les cartes de la course au pouvoir de 2020 au sein du PDCI. Les ambitions ne manquent pas pour autant, « mais il serait suicidaire de se lancer dans la course maintenant,  car si Bédié ménage tout le monde, il observe les actions des différents cadres du parti », croit savoir un habitué des diners de la résidence abidjanaise du Sphinx de Daoukro. Cela n’empêche pas pour autant  chacun des candidats putatifs de dérouler sa stratégie sur le terrain, afin d’avoir des arguments de poids à l’heure fatidique du choix. Entre audiences privées accordées aux élus et cadres du Grand Centre, visites assidues au Président Henri Konan Bédié, alliances avec des cadres influents du parti ou encore actions discrètes de séduction des militants, chacun joue sa carte à fond. Trois noms se dégagent de plus en plus parmi lesquels ceux du Vice-président Daniel Kablan Duncan, de l’ex Premier ministre Jeannot Ahoussou Kouadio ou encore du Président du Conseil économique et social, Charles Koffi Diby. En attendant la mi-2018, date prévue pour la désignation du candidat PDCI, aucune surprise n’est à écarter, d’autant que Bédié « n’a pas encore retiré sa confiance à Gnamien Ngoran, malgré sa descente aux enfers depuis sa défaite aux législatives de décembre 2016 et son dégommage du poste d’Inspecteur général en juin », avertit une autre source au sein du PDCI. Le choix ne devrait pas être facile dans un contexte de retour à la maison des « ex irréductibles » que sont Bertin Konan Kouadio et Charles Konan Banny. Ils n’ont pas encore enterré leurs ambitions de briguer la magistrature suprême et ne comptent pas jouer les seconds rôles dans le choix à venir.

Ouakaltio OUATTARA

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 14/12/2017
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Yamoussoukro : À quand le transfert effectif ?

La ville de Yamoussoukro n’est en réalité la capitale politique de la Côte d’Ivoire que de nom et sur papier. Du Président Henri Konan Bédié &agrav...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité