Assemblée nationale : Guillaume Soro à quitte ou double

La question des relations entre le Président de la République et celui de l’Assemblée nationale revenait quasiment à chaque sortie officielle du gouvernement ou du RHDP. Comme d’une patate chaude, le Président de la République a voulu s’en débarrasser très rapidement.

Face à la presse, lors d’une traditionnelle cérémonie de présentations de vœux, répondant à la question d’un journaliste, le Président de la République avait lancé « le cas Guillaume Soro est réglé. Il démissionnera en février ». Quelque jours auparavant, se confiant à un journaliste européen, Guillaume Soro avait, selon ce dernier, laissé entendre qu’il devrait démissionner de son poste. Mais, avec « l’immixtion de l’Exécutif dans le Législatif, les choses pourraient changer », confie une source proche de l’Hémicycle.

Partira, partira pas ? Le Président du Parlement ne s’attendait sûrement pas à ce que l’annonce de sa démission soit faite par le Président de la République. S’il a accusé le coup, selon ses proches, il n’a pas « été content de ce tacle du Président de la République ». Depuis lors, le Président du Parlement « réfléchit à toutes les options. Faut-il attendre la session parlementaire, prévue pour le 1er avril ? Faut-il démissionner avant ? Ou même ne pas démissionner ? ». Ces proches dénoncent un harcèlement de la part de l’Exécutif et, selon certaines sources, « il a été demandé aux membres du cabinet du Président de l’Assemblée nationale de faire leurs cartons. Mais il ne nous a encore rien dit et c’est lui notre chef », confie l’un de ses collaborateurs. Après avoir assuré à maintes reprises que les relations étaient « au beau fixe » entre lui et le Président de la République, les évolutions de l’actualité politique depuis le congrès du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) montrent le contraire. « Nous pourrions arriver à une crise, la première du genre en Côte d’Ivoire, en cas de refus de démission du Président du Parlement. Cette situation inédite pourrait apporter de l’eau au moulin de ceux qui appellent de tous leurs vœux à un gouvernement de crise avant 2020 », note un observateur de l’Union Européenne. Mais, s’empresse d’ajouter ce dernier, quelle que soit la décision du chef du Parlement, cela créera un fâcheux précédent dans les relations entre les présidents des institutions et pourrait réorienter un climat politique de plus en plus délétère.

Ouakaltio OUATTARA

.

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 14/02/2019
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

L’Afrique a-t-elle tourné le dos aux putschs ?

Les coups d’État peuvent-il encore prospérer en Afrique ? Si l’armée zimbabwéenne a obtenu par force la démission de Robert Mugabe en 2017, les arch...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité

hacklink panel bypass shell wso shell evden-eve-nakliyat hacklink satış hacklink paykasa hacklink hacklink satış hacklink panel hacklink al hacklink satis hacklink hacklink Google film izle porno porno izle porno seyret seks hikayeleri evden eve nakliyat istanbul evden eve nakliyat nakliyat nakliye