Elections locales : dernier virage dangereux

La campagne pour les élections municipales prendra fin le 11 octobre. Pour cette date, tous les candidats ont décidé de mettre le turbo. Et cela dans un contexte où les esprits commencent à surchauffer et que la tension monte entre les différents staffs de campagne.

Plus une seconde à perdre. Au pas de course, les candidats en lice pour les élections locales se bousculent pour convaincre les derniers électeurs. La campagne prendra fin le jeudi 11 octobre pour une élection qui se tiendra le samedi 13 octobre et des résultats attendu du même soir au lundi 15 octobre. Après plus de dix jours de campagne, le ton est monté d’un cran et l’on a enregistré un mort à Bédiéla (centre-ouest) après des affrontements entre partisans de différents candidats. Les vandalisassions des affiches sont de plus en plus fréquentes.

Intimidation ? Selon des staffs de certains candidats indépendants, certains subiraient des pressions de toute part. Alpha Yaya Touré (candidat indépendant à Gon, nord) a été entendu par la gendarmerie pendant un peu plus d’une heure selon ses proches le 9 octobre. Mais bien avant lui, le candidat Amia Gbakré (candidat indépendant, à Divo, centre ouest) dénonçait également son interpellation par la police économique. Ces deux cas ne sont pas isolés et à Abidjan dans la commune de Koumassi où deux poids lourds du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP) et du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) s’affrontent, des violences ont été enregistrées le 9 octobre, obligeant le préfet de police à convoquer des candidats pour appeler au calme. La situation n’est certes pas explosive, mais les autorités sécuritaires n’écartent pas des flambées de violences à la fin de la campagne ou à la proclamation des résultats.

Technique de vote  Pour certains candidats, l’heure est plutôt à la vigilance.  « Pour éviter toutes fraudes nous mettons l’accent sur la formation de nos représentants dans les bureaux de vote et nous continuons de sensibiliser les électeurs afin d’éviter des bulletins nuls » confie un membre du staff du candidat Famoussa Coulibaly (Divo centre-ouest).  « Il est techniquement impossible de frauder aux élections locales car tous les candidats ont les résultats avant la commission centrale  » confie un commissaire de la Commission électorale indépendante (CEI), répondant aux doigts accusateurs pointés vers cette structure. « Seul les mauvais perdants voient la fraude partout » poursuit ce dernier.

 

 

 

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 06/12/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle génération

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité