RDR : Le congrès avant l’heure ?

Attaques par presse et personnes interposées, querelles de positionnement et invectives, la bataille semble lancée pour le congrès du Rassemblement des républicains (RDR), prévu à la fin du premier semestre 2017.

Depuis l’annonce du congrès du Rassemblement des républicains (RDR) qui devrait se tenir à la fin juin-début juillet 2017, les cadres du « parti de la case » semblent déjà être entrés de plain-pied dans ces assises, tant les critiques, attaques, répliques et contre-attaques sont devenues quasi-quotidiennes.

 

Le chaud et le froid Dans une interview accordée à un confrère le 6 mars, Ibrahim Bacongo Cissé, secrétaire général adjoint du RDR et ancien ministre, n’avait pas hésité a tancer les cadres du parti, dénonçant la rupture entre eux et la base. La réplique a suivi dès le lendemain. Le porte-parole, Joël N’Guessan n’a pas hésité à lui rappeler ses fonctions occupées et sa place dans le parti. Alors que les proches de ces deux leaders continuent de s’affronter par presse interposée, le député Kanigui Soro lançait un pavé dans la mare le 8 mars. « En 2020, mon candidat c’est Guillaume Soro », déclarait-il , avant de nuancer son propos en ajoutant : « si ce dernier décide de se présenter. » Nouvelle réaction du porte-parole pour qui, « seuls les vivants et les libres » pourront prétendre à la course au pouvoir. Il n’en fallait pas plus pour que  Franklin Nyamsi, conseiller du président de l’Assemblée nationale, sorte de ces gongs et rabroue publiquement le porte-parole « devenu un peu trop bavard. » Ambiance… 

 

Fin de la récréation ? Après ces passes d’armes, Mamadou Touré, secrétaire national et porte-parole adjoint du RDR, est intervenu le 11 mars pour sonner la fin de la recréation. « Les débats sur la succession et l’alternance en 2020 ne sont pas la préoccupation des Ivoiriens actuellement. Arrêtons de nous ridiculiser devant la nation ! », a-t-il lancé. Sera-t-il entendu ? Pas si sûr, dans la mesure ou l’approche du congrès risque d’exacerber les rivalités, qui résonnent comme un rejet de l’appel à l’union lancé par le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, le 4 mars à Korogho. Si bien que Mamadou Traoré, un autre cadre du parti, attirait l’attention des militants du « parti de la case » sur un point d’histoire : « Souvenez-vous que c’est lors d’un congrès houleux que Georges Djeni Kobenan avait claqué la porte du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), pour créer le RDR. » À bon entendeur, salut !

 

Ouakaltio OUATTARA

 

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 20/04/2017
Voir tous les Hebdos
Edito
Par KODHO

Tango impossible

Victime du syndrome du premier pas, la classe politique ivoirienne n’arrive pas à danser le tango, faute de partenaires crédibles. Dans la majorité et dans l’oppositio...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité