Élections locales : Couverture nationale difficile pour les grands partis

La Commission électorale indépendante (CEI) a rendu publique les listes de candidatures pour les élections locales le 11 juillet. Fait marquant, aucun parti ne couvre tout le territoire national. Une bataille où certains partent avec une longueur d’avance et où les listes indépendantes joueront les arbitres.

Elle avait prévu de publier les listes le 6 septembre, avant de décaler la date au 11, compte tenu du nombre de listes arrivées tardivement. Principaux adversaires de ces élections, le Rassemblement des houphouëtistes pour la paix et la démocratie (RHDP) et le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) n’ont pas pu aligner des candidats dans toutes les circonscriptions. Ils ont néanmoins une longueur d’avance sur le Front populaire ivoirien (FPI).

Duel Pour les élections municipales, le RHDP aligne 176 candidats. Le PDCI arrive loin derrière avec 104 candidats contre 12 pour le FPI. Pour les conseils régionaux, le RHDP aligne 26 listes contre 17 pour le PDCI, 2 pour le FPI et 2 candidatures qui ont à la fois les parrainages du RHDP et du PDCI. Mais il va falloir attendre le lendemain du 13 octobre, date des scrutins, avant d’avoir des statistiques définitives sur la représentativité de chaque parti. « Après les élections, il n’est pas à écarter le fait que des candidats indépendants (389 pour les municipales et 41 pour les régionales) vainqueurs regagnent leur parti d’origine ou que des partis débauchent certains vainqueurs », prévient le politologue Firmin Kouakou. À raison d’ailleurs, car dans ce duel qui oppose désormais les ex-alliés « tous les coups sont permis » afin d’avoir avec soi le plus grand nombre d’élus locaux.

Recul ? À y regarder de très près, tous les partis connaissent un recul au niveau de leur représentativité. Le RHDP, porté principalement par le Rassemblement des républicains (RDR), avait lors des élections de 201, une couverture nationale. Mais les plus grands reculs sont à noter au PDCI et au FPI. Après près de 20 ans dans l’opposition, le plus ancien parti politique ivoirien peine à viser la moitié des postes en jeu. « C’est déjà une défaite pour le PDCI qui, en plus d’être presque absent dans le nord du pays, n’a pu aligner de candidats dans des villes symboliques comme San-Pédro, Lakota, Djékanou, Dimbokro, Guiglo, Zuenoula, etc., » confie un observateur de la vie politique. Ce dernier relativise tout de même, notant que ces absences pourraient en partie justifier les raisons de la demande de report des élections du PDCI.

Ouakaltio OUATTARA

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 08/11/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle génération

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité

hacklink satış evden eve nakliyat halı yıkama bmw yedek parça hacklink panel hacklink panel