Guillaume Soro en apôtre de la réconciliation

Guillaume Soro, Alain Toussaint, Tirbuce Koffi et Affoussiata Bamba veulent donner une nouvelle dynamique à la réconciliation

En conflit larvé avec la direction du Rassemblement des républicains (RDR), Guillaume Soro a décidé de se mettre dans la peau d’un réconciliateur, multipliant depuis peu les rencontres avec des membres de l’opposition en exil.

Rencontres et échanges avec des membres de l’opposition en exil, notamment à Paris, dans le cadre de la réconciliation. C’est depuis peu l’agenda du président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Kigbafory Soro. Le lancement par son conseiller Alain Lobognon, en juin dernier, d’un groupe  parlementaire pour la réconciliation semble avoir été l’élément déclencheur de cette nouvelle mission dont s’est investi l’ex-leader estudiantin.

 

Au premier rang Guillaume Soro n’aura pas attendu longtemps pour prendre lui-même les devants de la campagne pour la réconciliation. Ainsi, lors de ses récents voyages en France il n’a pas manqué de poser avec les exilés rencontrés. En moins d’un mois, il aura rendu visite à deux reprises à l’ex-conseiller de Laurent Gbagbo, Alain Toussaint, et à l’écrivain Tirbuce Koffi. De sources proches du second, son retour à Abidjan, après près de deux ans d’exil, ne poserait plus de problème. Dans la foulée, selon ses services, Soro a pu entrer en communication avec la présidente des épouses des détenus d’opinion, Désirée Douati, qui aurait attiré son attention sur le « calvaire que vivent leurs époux, dans les rangs desquels six décès ont été enregistrés, dont trois au cours de ces deux derniers mois. » Toutefois, ces rencontres ne plaisent pas à tous et ont mis à mal, fin juin, la cohésion au sein de l’Association des Ivoiriens exilés en France.

 

Méfiance Selon un ancien de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) basé en France, « plusieurs émissaires de Soro ont tenté et continuent d'essayer de rencontrer les anciens de la FESCI. Sans se concerter, la majorité a décliné l’offre et il n’en a rencontré que 3 sur les 45 vivant en France. » Du côté de l’Union des nouvelles générations (UNG) de Stéphane Kipré, très active dans la mobilisation pour la libération de son beau-père, l’ex-chef d’État Laurent Gbagbo, on refuse tout contact avec lui. « Nous ne sommes pas opposés au principe de la réconciliation, mais nous jugeons sa démarche peu sincère et préférons garder nos distances », explique un cadre de ce parti.

Dans ce climat, l’ancien chef des Forces nouvelles devra également jouer la carte de l’apaisement au sein de son parti, avec lequel les relations se sont détériorées après la découverte d’armes en mai, au domicile de son chargé du protocole, Souleymane Kamaraté.

Ouakaltio OUATTARA

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 20/07/2017
Voir tous les Hebdos
Edito
Par KODHO

Ciel lourd

Les nuages s’amoncellent dans le ciel ivoirien, comme si nos compatriotes tiraient plaisir à danser au bord du précipice. Au double plan sécuritaire et politique on s’...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité