Ouattara - Soro : Balle à terre

Le Président de la République Alassane Ouattara et le président du parlement Guillaume Soro pourront-ils faire taire les extrémistes dans de leurs camps ?

La tempête politique soulevée par les tensions entre Alassane Ouattara et Guillaume Soro baisse peu à peu depuis la rencontre au sommet entre les deux hommes. Leurs partisans et proches ont baissé d’un ton leurs débats. Le signe d’une accalmie, avant une reprise des hostilités ?

 

Le vendredi 3 novembre, en début de soirée, Guillaume Soro franchissait le portail de la résidence du Président Alassane Ouattara, non en qualité de Président de l’Assemblée nationale, mais en homme politique aux relations quelque peu tendues avec son mentor. Si rien n’a filtré du tête-à-tête, les appels au calme lancés par leurs proches semblent annoncer des lendemains plus apaisés dans les relations entre les deux hommes.

 

Calme précaire ? Plutôt virulent il y a peu, le député Mamadou Kanigui Soro, Président du Réseau des amis de la Côte d’Ivoire, soutien de Guillaume Soro, invitait le 5 novembre « tous les membres et sympathisants et l'opinion publique à la modération et à la plus grande retenue » et leur demandait de privilégier « la défense des institutions de la République ainsi que l'État de droit ». Avant lui, le conseiller de Soro Franklin Nyamsi, qualifiant cette rencontre « d’historique », abondait dans le même sens. Sur les réseaux sociaux, où les partisans du chef du Parlement sont très actifs, le ton est à l’apaisement, mais on reste méfiant. « Des mots d’ordre d’apaisement ont été donnés. Nous les respectons mais nous n’avons pas baissé la garde. Nous observons et nous réagirons si le contexte s’y prête », prévient un internaute très actif sous le sceau de l’anonymat.

 

Lueur d’espoir C’est le souhait de Franklin Nyamsi, qui pense que cette rencontre a eu pour effet de faire « taire les catastrophistes, les alarmistes et les complotistes, qui s’acharnent à noyer leur relation (Alassane Ouattara et Guillaume Soro) dans la méfiance et la défiance ». À deux semaines du sommet Union Africaine / Union européenne et à moins de 60 jours de la fin d’une année 2017 très mouvementée, cette rencontre a eu le mérite de faire baisser la tension et d’ouvrir la porte à un climat politique apaisé. Il ne faut pas pour autant se leurrer, aucun parti renoncé à ses ambitions et si l’accalmie ne permet pas de rallier les différentes positions, « ne soyons pas surpris que le choc des ambitions prennent le dessus » commente un observateur.

Ouakaltio OUATTARA

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 16/11/2017
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Rendez-vous manqué !

Le maigre espoir de voir l’équipe nationale en Russie en 2018, lors de la Coupe du monde de football, s’est envolé à la 25ème minute du match contre le Mar...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité