Opposition : toujours en rang dispersé

Difficile sera l’unité d’action au sein de l’opposition. Si elle avait affiché sa volonté de se mettre ensemble contre la candidature du Président de le République Alassane Ouattara, l’union a éclaté au lendemain de l’élection du 31 octobre et surtout dans la volonté d’une partie de l’opposition de participer aux élections législatives. Sept partis d’opposition dont le Générations et peuples solidaires (GPS) de Guillaume Soro et le Parti ivoirien des travailleurs (PIT) qui n’ont pas été associés au dialogue politique montent de plus en plus au créneau pour exprimer leur mécontentement. Selon ces partis, l’opposition devrait, comme à la présidentielle boycotter les élections législatives du 6 mars. De sources proches du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) l’on laisse entendre qu’il y’a un malaise profond désormais entre Guillaume Soro et Henri Konan Bédié. Guillaume Soro qui a pris ses distances avec son «père » Henri Konan Bédié soupçonne ce dernier de l’avoir abandonné « dès que les premières difficultés de l’opposition sont apparues. »  De plus en plus isolé dans le débat politique ivoirien, Guillaume Soro se fait plus discret mais estime que toute l’opposition devrait s’engager dans une ligne dure sans dialogue avec l’administration Ouattara. Mais que ce soit au sein du PDCI ou des deux tendances du FPI, l’on estime qu’après le bras de fer d’avant l’élection présidentielle, il faut passer à l’étape du dialogue pour donner plus de chance à la paix et à la réconciliation. Les agendas, depuis, sont différents.

Yvan Afdal

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 18/02/2021
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Enquête et châtiments

85 morts, 484 blessés, 225 personnes interpellées, 176 inculpées et 45 placées sous mandat de dépôt : c’est le triste bilan des violences survenues ...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité