La faim gagne du terrain dans le monde

La faim dans le monde continue d'affecter de plus en plus de personnes. En 2018, elles étaient 821,6 millions à en souffrir contre 811 l'année précédente, selon le rapport annuel de l'ONU publié le lundi 15 juillet.  

En 2018, 10,6 millions de personnes supplémentaires ont souffert de la faim dans le monde. Elles étaient 821,6 millions en 2018, contre 811 millions en 2017, selon le rapport annuel de l'ONU. Après des décennies de baisse, la sous-alimentation a repris de la vigueur depuis 2015. Figurant parmi les Objectifs de développement durable (ODD) fixés pour 2030, la perspective d’un monde sans aucune personne en état de sous-alimentation à cette échéance relève d’un « immense défi », note le rapport. La sous-alimentation reste prévalente sur de nombreux continents: en Afrique (près de 20% de la population concernée), en Amérique latine et dans les Caraïbes (moins de 7%) et en Asie (plus de 12%). En ajoutant les populations souffrant de famine aux personnes touchées par l’insécurité alimentaire, on estime que plus de deux milliards de personnes n’ont pas régulièrement accès à des aliments sains, nutritifs et en quantité suffisante. « Sans sécurité alimentaire, nous n'aurons jamais de paix et de stabilité », a averti David Beasley, chef du Programme alimentaire mondial (PAM). « Partout où des groupes extrémistes ont de l'influence, la faim est utilisée par eux comme une arme pour diviser ou recruter », a mis en garde le responsable.

Paradoxes

Paradoxalement, le rapport note que la surcharge pondérale (excès de poids) et l'obésité continuent d'augmenter dans toutes les régions, en particulier chez les enfants d'âge scolaire et les adultes. En 2018, environ 40 millions d'enfants de moins de cinq ans avaient un excès de poids. En 2016, 131 millions d'enfants de 5 à 9 ans, 207 millions d'adolescents et 2 milliards d'adultes étaient en surpoids, selon le rapport.

Dans un rapport séparé également publié lundi,  l'ONG Oxfam juge que les femmes payent un plus lourd tribut que les hommes à l'insécurité alimentaire. « Elles constituent jusqu'à la moitié des producteurs alimentaires dans les pays en développement, mais mangent généralement moins, en dernier, et moins bien lorsque les ménages sont à court de nourriture », note ce rapport. L’ONG a réclamé d’urgence de nouvelles stratégies afin d’inverser la courbe. Elle déplore que « la faim ait disparu de l’agenda politique » alors qu’elle « fait rage » dans le monde.

Boubacar Sidiki Haidara

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 19/03/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par KODHO

Le monde s’effondre

La maladie à virus Covid 19 a réussi en moins de 4 mois à paralyser le monde entier. Elle est parvenue à rappeler aux hommes leurs limites dans leur capacité à...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité