Phase IV de la CIPREL : une réduction de 500.000 tonnes de CO2/an

La Compagnie ivoirienne de production d’électricité (Ciprel) vient de boucler, ce mercredi 17 février, à Port Bouvet Vridi,la phase IV de son cycle combiné

 

La Compagnie ivoirienne de production d’électricité (Ciprel) vient de boucler, ce mercredi 17 février, à Port Bouvet Vridi,la phase IV de son cycle combiné, caractérisée par une nouvelle turbine mise en service en 2013, d’une turbine de la Ciprel III et de deux chaudières de récupération des gaz d’échappement des ces installations et d’une turbine à vapeur.

Inauguré par le Président de la République Alassane Ouattara, ce projet, selon le directeur général de la Ciprel, Bernard Kouassi N’guessan, a un impact environnemental positif , avec la préservation de l’environnement. Parce qu’il permet d’éviter le rejet annuel de 500.000 tonnes de CO2, ponctué également par une optimisation du coût de production de l’énergie électrique grâce à une amélioration du rendement.

« C’est un évènement important, c’est une production de 556 MW et j’en profite pour féliciter et saluer nos partenaires techniques comme financiers. Vous savez, avec la mise en œuvre de cette centrale, la Côte d’Ivoire a atteint rapidement son objectif de 2000 MW de capacité installée en 2016, » a indiqué le Chef de l’Etat. A l’en croire, Pour produire de l’électricité, il faut investir, et ces investissements permettent d’avoir de l’électricité de meilleur qualité.

Considérée désormais comme le premier producteur indépendant d’électricité en Côte d’Ivoire, cette compagnie détenue à 80% par le groupe Eranov, porte sa capacité de production de 321 à 556 MW, soit1600 Gwh de production additionnelle, annonce ses administrateurs. Selon son directeur général, le projet Ciprel IV a nécessité un investissement de 225 milliards Fcfa mobilisé par des actionnaires, des bailleurs de fonds (Sfi, Bad, Proparco), des prêteurs locaux (Boad, Nsia bank, Sib).Sans oublier la mobilisation de 2500 travailleurs pour la construction des turbines.

Le directeur général du groupe Eranove, Marc Alberola va plus loin en estimant que la mise en service de ce programme dans les délais démontre la qualité des relations entre la Compagnie et le gouvernement ivoirien. Avant de poursuivre en ces termes : « Nous nous réjouissons de pouvoir continuer ce partenariat gagnant qui permet à la Côte d’Ivoire de consolider son rôle de hub énergétique régional ».

Pour le ministre du Pétrole et de l’Energie, Adaman Toungara, la puissance totale installée en électricité en Côte d'Ivoire est passée de 1391 MW en 2011 à 1924 MW, soit une capacité additionnelle de 533 MW. Ce résultat découle, selon lui de l’ambition du Président de la république de faire du pays un Hub énergétique, à travers la mise à la disposition des populations, d'une énergie abondante, de qualité et à moindre coût. D’où l’autorisation donnée pour l’extension des centrales d’Azito en octobre 2011, de la Ciprel en décembre 2011 et d’Aggreko en mars 20120 soutenue par la mise en œuvre par le Programme national d’électrification Rurale (Proner) et le Programme électricité pour tous (Pept).

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 21/05/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par KODHO

Le monde s’effondre

La maladie à virus Covid 19 a réussi en moins de 4 mois à paralyser le monde entier. Elle est parvenue à rappeler aux hommes leurs limites dans leur capacité à...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité