Marc Gnaoré : « Les populations ont désormais les moyens de contrôler les gouvernants »

Marc Gnaoré et son ONG milite en faveur de plus de transparence autour du budget de l’État.

En vue d'améliorer la gouvernance, de renforcer l'efficacité de l'action publique et de se mettre aux standards internationaux, la Côte d'Ivoire a élaboré son premier budget citoyen en 2019. Marc Gnaoré, Directeur exécutif de l’ONG « Agir pour démocratie, la justice et la liberté en Côte d’Ivoire », nous donne plus d’informations sur ce nouvel outil.

Qu’entend-on par budget citoyen ?

Le budget citoyen est un document qui traduit de façon synthétique et dans un langage accessible à toutes les couches l'information budgétaire. Il synthétise l’annexe fiscale. Il est bon de rappeler que l'élaboration du budget citoyen est un engagement du Plan d'action national (PAN 1) du Partenariat pour le gouvernement ouvert (PGO). Il permet ainsi à tous les citoyens d’avoir des informations sur le budget de l’État. Il est disponible depuis le 9 avril, tant en version physique qu’en version numérique. Notre pays s’est engagé dans l’amélioration de la gouvernance. Et cela passe par la participation citoyenne de la population. Cette participation a pour fondement l’accès à l’information. Il s’agit ici de mettre les informations à la disposition des populations, mais des informations faciles à comprendre. Cela permet d’améliorer leur participation et cela renforce la transparence dans la gestion des biens publics, à travers le suivi de la mise en œuvre de ce budget. Élaboré ainsi, il permet au citoyen de suivre et de contrôler l’action gouvernementale.

Qu’est ce qui change désormais ?

C’est la simplification des termes du budget. Le budget de coutume est un document technique non accessible à la compréhension de tous. Il est désormais traduit en des termes simplifiés depuis sa conception, son élaboration et sa mise en œuvre. Tout cela a été simplifié afin de permettre à tous les citoyens de le comprendre. Toutes les terminologies techniques, notamment les termes « déficit, équilibré en dépenses et en recettes », ont été revus. Il permet enfin à la Côte d’ivoire d’améliorer son rang sur l’indice du budget ouvert, d’une part, et d’autre part d’améliorer la transparence dans la gestion de la chose publique.

Les populations pourront-elles véritablement ainsi contrôler l’action des gouvernants ?

La Constitution donne la possibilité aux citoyens de contrôler l’action publique. Il appartient désormais aux populations de se l’approprier afin de savoir où des investissements ont été faits. En cas de manquements, elles peuvent saisir l’Observatoire des services publics pour en savoir plus et l’administration aura l’obligation de leur donner des explications.

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 28/05/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

L’après coronavirus

La crise inédite résultant de la pandémie du coronavirus devrait inciter les acteurs du monde globalisé à jeter les bases d’un « nouvel ordre mondial &ra...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité