SMARTPHONES : Pour tous les goûts et toutes les bourses

Les différents fabricants de téléphones se bousculent sur le marché ivoirien.

Selon les chiffres officiels, la Côte d’Ivoire connaît une forte pénétration du téléphone mobile avec près de 22 millions d’abonnés soit un peu plus de 80% de la population. Sur ce segment, se bousculent les hauts de gamme, milieu de gamme et le bas de gamme. Certaines profitent de leur notoriété quand d’autres jouent sur une proximité avec la clientèle dans une politique des coûts. Après une longue période d’hésitation et parfois même de rejet, les ivoiriens ont fini par se ruer sur les téléphones bon marché offrant certaines solidités et presque les mêmes options que les marques traditionnelles qui dominaient le marché. Les chinoise Infinix, Techno ou encore Itel ont fini par inverser, à leur avantage, un marché jusque-là dominé par le géant coréen Samsung et l’américain Apple face à un net recul du Canadien BlackBerry et surtout du Finlandais Nokia.

Ils ont dominé le marché des téléphones mobiles avant de connaitre une chute avec l’avènement des smartphones. Les téléphones baptisés aujourd’hui« feature phones » et qui offrent des fonctionnalités de base(lecteur MP3, appareil photo, compatibilité GPRS (internet 2G à) se font de plus en plus discrets sur les marchés. Ils n’ont pas survécu à la concurrence chinoise qui avait envahi le marché avec des pâles copies de leurs firmes. Les fabricants chinois ont en effet réussi à se faire une part belle sur le secteur du bas de gamme mais aussi du milieu et du haut de gamme jusque-là, chasse gardée des constructeurs tels que Samsung, Apple, Alcatel Lg, HTC, Huawei etc. Chaque constructeur semble avoir déjà choisi sa cible.

Des systèmes d’exploitation aux fonctionnalités, chacun tente de se démarquer sans pour autant empêcher une concurrence déloyale de fabricants de pâles copies. En 2015, le cabinet Deloitte, parlant de « forte pénétration » des smartphones sur le marché, indiquait que cela avait entrainé « le développement des solutions de paiements mobiles et du commerce électronique (e-commerce), contribuant largement à l’amélioration des conditions de vie des populations » explique Marc Wabi son associé gérant en Côte d’Ivoire. À cela s’ajoute le Mobile commerce ou M-Commerce, la vente et l’achat effectué à partir des smartphones. Une gamme variée de service qui alimente la concurrence sur le marché.

La mort des « Chinetoc »  L’époque où les marques chinoises étaient considérées comme des pâles copies des firmes mondialement connues, est désormais derrière nous. Connues sous l’appellation dégradante de « Chinetoc », expression dans laquelle les ivoiriens mettent tout ce qui ne vient pas de maisons d’origine, tend à disparaitre pour laisser la place aux marques des nouveaux constructeurs, principalement asiatiques qui sont parvenus à s’imposer sur un marché hautement concurrentiel.  Ils auront réussi néanmoins à donner le ton avec des téléphones à deux voire, trois ou quatre puces. Imposant ainsi un rythme aux grandes firmes qui ont fini par suivre la cadence.  Attirant de plus en plus les bourses les moins fournies, certaines marques sont entrées, depuis peu, dans une phase de positionnement sur un marché en pleine croissance. «  Elles ont réussi à casser l’image que les consommateurs s’étaient construite » selon wilfried Assouan chargé de communication de la plateforme de vente en ligne jumia-Côte d’Ivoire. Depuis, le coté ringard de ces téléphones n’est plus à l’ordre du jour. Les téléphones chinois se vendent plutôt bien depuis peu et font des incursions dans le secteur de haut de gamme.

Les constructeurs chinois qui n’ont pas hésité à orienter leurs efforts vers les types de mobiles offrant des accès à internet dans un pays où le taux de pénétration officiel est de 22%, ont su capter bien de clients.  Ainsi, les chinoises Infinix, Itel, X-Tigi et Tecno mobile qui figurent parmi le top 5 des ventes de téléphones en ligneselon les chiffres publiés par la plateforme de vente en ligne Jumia, mènent la danse du marché des mobiles de bas de gamme devant certaines marquent comme Samsung, Apple ou encore BlackBerry. L’autre aspect non négligeable de la montée en force de ces constructeurs résident dans l’accessibilité de leur produit. Pédjoyé Ouattara, commerçant au marché du Black market d’Adjamé, explique que cet aspect est non négligeable. « Il est facile de se procurer des téléphones de marques chinoises sur les étalages des commerces accessibles à la grande masse » explique-t-il. Pour lui, la politique des prix menée par Infinix avec une moyenne de 55 000 à 75 000 francs cfa,  dont le « HOT » a connu un succès sur le marché ivoirien deux années durant (2015-2016), est la parfaite illustration de la page tournée du mauvais regard porté sur les produits chinois. Indétrônable depuis 2 ans déjà, la marque est restée en 2016, la préférée des ivoiriens, selon Jumia.

Le fabricant a su convaincre avec des prix beaucoup plus bas. Sur son segment, il reste tout de même talonné par des noms comme Techno ou encore Itel dont les chiffres de ventes connaissent également une légère hausse, explique la même plateforme de vente en ligne.

La résistance Les géants ne baissent pas pour autant les bras. Mathieu Bolle, directeur général de Boollestore, revendeur agrée Apple en Côte d’Ivoire et dans la sous-région ouest africaine reste confiant. « De nombreuses personnes pensent que les ivoiriens sont concentrés sur les téléphones de bas de gamme. Mais la réalité est tout autre » lance-t-il. M. Bolle, sans donner de chiffre,  estime que le nombre des utilisateurs des téléphones haut de gamme augmente de jour en jour. « L’activité se porte d’ailleurs très bien » rassure-t-il depuis ses locaux dans le centre commercial Prima sis à Marcory. Confiant de l’avenir des smartphones devenus des ordinateurs de poches, il rejette l’idée selon laquelle Apple serait réservée à une crème. « La fiabilité et la sécurité de nos produits sont indiscutable et cela offre plus de garantie » soutient-il tout en rejetant du revers de la main toute idée de vouloir suivre la cadence imposée par des marques chinoises. Du côté du constructeur coréen Samsung, l’on ne se voit pas non plus suivre le rythme. « Il ne faut pas suivre pour suivre. Il faut plutôt proposer la qualité à la clientèle et la sortir des produits bas de gamme » estime un employé de cette firme à Abidjan qui, n’ayant pas obtenu l’autorisation de sa hiérarchie, a préféré garder l’anonymat. A l'en croire, l’image de marque de la firme coréenne pourrait être écornée si elle revoyait à la baisse la qualité de ses produits pour satisfaire la grande masse.

Les grandes firmes, révèle-t-il, misent plus sur la sécurité de leur application de même que la sécurité de leurs clients.Une stratégie plutôt payante à en croire le directeur général de Jumia Côte d’Ivoire Francis Dufay, qui révèle  par exemple queSamsung enregistre la plus forte croissance sur le deuxième trimestre 2017 en termes de ventes en ligne et même sur les marchés traditionnels où Apple également gagne du terrain.

Sécurité des données À l’heure de l’espionnage électronique généralisé, de plus en plus de fabricants cherchent à rassurer les consommateurs avec des appareils de plus en plus sécurisés. L’argument commercial des grandes marques est tout trouvé. Chez Apple, l’on rappelle au client la traçabilité de son téléphone en cas de perte ou de vol. De même, Chez Samsung,  grâce au système «  Cloud » le client est assuré de ne pas voir son téléphone utilisé par d’autres personnes en cas de vol. Une garantie assez solide pour ces constructeurs qui ne lésinent pas sur les moyens. Même si les autres smartphones essaient d'emboiter le pas à ces géants en la matière, ils suivent difficilement le rythme, offrant peu de garantie sécuritaire à leurs usagers. Google, qui a établi en avril dernier, la liste des 42 terminaux Android pour lesquels une majorité d'utilisateurs disposaient de correctifs de sécurité place l’américain BlackBerry en tête suivi par Apple et Samsung. Un classement dans lequel l’on ne retrouve nullement les constructeurs chinois qui dominent le marché. Leurs fonctionnalités sont de plus en plus en orientées vie privée, sur le chiffrement et le démarrage sécurisé.

Ouakaltio OUATTARA

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 19/10/2017
Voir tous les Hebdos
Edito
Par KODHO

Tournant

Plus que la manifestation du devoir d’ingratitude, dont est coutumier le jeu politique, l’arrestation du Chef du protocole du Président de l’Assemblée nationale, l&rsqu...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité