Délinquance juvénile: Autre pays, même réalité

La ville de Brazzaville essaie elle aussi de mettre fin au règne des “ bébés noirs ”

La ville de Brazzaville, capitale du Congo, n’échappe pas au règne des jeunes délinquants qui sous l’emprise de la drogue, sèment la terreur dans certains quartiers.

Enfants en conflits avec la loi ou « microbes » à Abidjan, les très jeunes délinquants qui sèment la terreur sur leur passage dans certains quartiers de la capitale économique sont connus sous le nom de « bébés noirs » au Congo-Brazzaville.

Mode opératoire Le mode opératoire des « bébés noirs » de Brazzaville est quasiment le même qu’à Abidjan, en dehors des cagoules noires portées quand ils passent à l’attaque, d’où leur surnom « bébés noirs », alors que les Ivoiriens, de nuit comme de jour, attaquent à visage découvert. « Opérant par dizaine ou par vingtaine, ces jeunes dont l’âge varie entre 15 et 30 ans, dépossèdent leurs victimes de leurs biens de valeur en les tailladant à la machette ou au couteau », explique Bienvenu Parfait Matsala, responsable du CEDH, une organisation luttant pour les droits des mineurs. Il ajoute que ces enfants opèrent à tout moment de la journée et de la nuit et agissent souvent sous l’emprise de la drogue. Mettant à rude épreuve les forces de sécurité, les « bébés noirs » auraient fait leur apparition dans l’univers urbain brazzavillois à l’issue de l’opération dénommée « Mbata ya bakolo », menée le 4 avril 2014 sur ordre du ministre de l’Intérieur, Raymond Zéphirin Mboulou. Celle-ci était censée vider Brazzaville des jeunes membres du gang « Kulunas », soupçonnés d’être des ressortissants de la République Démocratique du Congo voisine.

Opération de lutte Assaillies par de nombreuses plaintes des populations, les autorités congolaises ont enfin décidé de réagir. À l’image des opérations Épervier 1 et 2 de la police ivoirienne, le procureur de la République, André Ngakala Oko, a lancé le 11 mai dernier une grande opération impliquant tous les officiers de police judicaire. Objectif : en finir avec ces jeunes adolescents qui terrorisent les habitants de certains quartiers brazzavillois. « Nous allons combattre les « bébés noirs » et leurs complices, et nous allons les mettre hors d’état de nuire », avait-il promis. Cette opération aura donc permis l’arrestation de milliers de jeunes délinquants. Cependant, Bienvenu Parfait Mantsala n’a pas manqué d’attirer l’attention des autorités sur le respect des procédures lors des arrestations.

Anthony NIAMKE

 

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 14/12/2017
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Yamoussoukro : À quand le transfert effectif ?

La ville de Yamoussoukro n’est en réalité la capitale politique de la Côte d’Ivoire que de nom et sur papier. Du Président Henri Konan Bédié &agrav...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité