Enseignants : Mal lotis ou mal compris ?

Aujourd’hui, dans l’arène sociale, les enseignants sont les plus actifs. Sont-ils ce qu’ils prétendent être : des travailleurs qui tirent le diable par la queue ?

Le déblocage des salaires a représenté une dépense d’au moins 120 milliards de francs CFCA pour l’État, pour améliorer les conditions de vie des fonctionnaires. Parmi les bénéficiaires de cette politique, les enseignants. Ils jouissent d’une grille salariale différente des autres, en raison de la revalorisation indiciaire obtenue en 2009. Les enseignants du primaire de grade B3, par exemple, sont passés de 755 points à 995. Quand le prof de lycée avec le grade le plus élevé est parti de 1 225 à 1 345 points. En tenant compte de la même hausse indiciaire, les instituteurs ordinaires ont vu leur salaire majoré de plus de 50 000 francs CFA. C’est sur ces nouveaux salaires que s’est effectué le déblocage pour les enseignants. Maintenant, à vos calculettes ! Le calcul tient compte tout d’abord de l’ancienneté. Dans la carrière d’un fonctionnaire en Côte d’Ivoire, il y a quatre classes, avec 26 échelons. Un échelon correspond à une année. Et cela commence par la deuxième classe, qui comprend huit ans. Tous les deux ans passés dans cette classe, le fonctionnaire bénéficiera d’une augmentation salariale. Ensuite, il passera en première classe pour six ans, avec le même principe d’augmentation de sa paie.  Avant de se retrouver en classe principale pour encore six années. Enfin, arrive la dernière classe, appelée classe exceptionnelle qui correspond également à six ans.

Mieux payés En clair, tous les fonctionnaires bénéficieront d’une hausse de salaire 13 fois dans leur carrière. C’est le principe du déblocage. Les enseignants ne font donc pas exception à la règle.  Comment s’est fait le calcul ? Les fonctionnaires ont multiplié 60 points d’indice par la valeur indiciaire, 233,45 FCFA. Ce qui donne 13 980 FCFA, correspondant à la valeur de la hausse. Pour les 13 augmentations dans la carrière d’un fonctionnaire en général et d’un enseignant en particulier, l’on peut estimer la valeur du déblocage à environ 181 740 F. Il faut y ajouter l’indemnité de résidence, soit 15% du nouveau salaire. Un professeur de lycée avec le grade le plus élevé et avec un salaire avoisinant les 400 000 francs CFA aura à la fin de sa carrière un salaire de près de 700 000 francs (effets financiers du déblocage et de l’indemnité de résidence). L’instituteur de grade A3, avec un salaire d’environ 300 000 francs CFA, se retrouvera (en appliquant le déblocage et l’indemnité) avec une paie qui frôlera les 600 000 francs. De quoi rendre jaloux les autres fonctionnaires

Raphaël TANOH

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 27/02/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

2020 et alors ?  

Alors que s’égrènent les derniers jours de l’année 2019 et que pointent à l’horizon,  les premières lueurs du très attendu 2020, o...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité