Jean-Roger Boto, adjoint au Maire de Treichville

On accuse très souvent les mairies de ne pas participer au déguerpissement des populations dans leurs communes. Vous qui avez beaucoup d’expérience dans la gestion d’une municipalité, qu’en pensez-vous ??

Les mairies essayent de participer au déguerpissement, du mieux qu’elles le peuvent. Lorsque la brigade arrive, nous l’accompagnons. Ce que je peux dire à ce niveau, c’est que les populations ne comprennent pas le message que nous leur lançons. Et c’est souvent assez difficile de faire appliquer des mesures de prévention. 

N’est-ce pas vos intérêts politiques que vous défendez plutôt en refusant les déguerpissements ?

Pas du tout. Certes, ce n’est pas facile, mais les maires comprennent les dangers que courent ces populations.

C’est aussi votre devoir que de faire déguerpir…

C’est plus la sensibilisation que nous faisons. Pour le reste, nous accompagnons le ministère de la Construction, du logement, de l’assainissement et de l’urbanisme. Il faut noter que des opérations de déguerpissement ont bel et bien lieu. Mais, comme  on le dit souvent, chassez le naturel, il revient au galop. Lorsque les populations sont déguerpies d’un endroit, il faut s’assurer qu’elles ne reviennent pas s’y réinstaller.

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 18/10/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Nouvelle génération

Ce n’est pas la première fois que le Président Ouattara lâche les mots « nouvelle génération ». Mais, après avoir ouvert la porte a...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité