Zoumana Bakayoko se jette dans la lagune

Zoumana Bakayoko met désormais le curseur sur les bateaux

Ingénieur informatique, Zoumana Bakayoko, frère aîné du n°2 du gouvernement, Hamed Bakayoko, s’apprête à faire ses premiers pas dans le transport lagunaire. Après l’exportation du café-cacao, il se jette à nouveau à l’eau.

Dans trois mois, les Abidjanais qui ont l’habitude de se déplacer par voie lagunaire auront la possibilité d’emprunter les bateaux de la Compagnie ivoirienne des transports (CITRANS), en déboursant seulement 500F francs CFA par trajet. Le « Lady Dominique », premier bateau de cette société créée en mars 2014, sera bientôt à l’eau, parmi une flotte de 40 bateaux de 100, 120 et 240 places d’ici 2020. Pour la première phase de ce projet porté par Zoumana Bakayoko, l’investissement est estimé à 13,5 milliards de francs CFA.

 

Polyvalent Pour cet ingénieur en sciences de l’informatique de 55 ans, la CITRANS est un nouveau challenge, bien loin de l’économie numérique des engrais et des matières premières agricoles, des secteurs où il prospère depuis quelques années déjà. C’est en 2011 qu’il obtient un agrément d’exportateur après avoir créé la société Agro West Africa. Une opportunité que certains pensent liée à sa proximité avec le pouvoir, son frère cadet Hamed Bakayoko étant le n°2 du gouvernement, Ministre d’État, ministre de l’Intérieur.

Mais l’homme ne s’offusque point des « on dit ». Bien au contraire, sachant qu’il faut savoir saisir sa chance au bon moment, il ne manque aucune occasion pour affirmer qu’il a toujours été un homme d’affaires polyvalent : « J’ai une société d’énergie qui travaille dans toute la sous-région, au Bénin, en Guinée et en Côte d’Ivoire ». Mieux, « Zoumbak » pour les intimes, serait toujours déterminé à travailler pour favoriser l’arrivée d’investisseurs internationaux en Côte d’Ivoire.

Pour l’ancien député du Plateau qui, à la demande de ses partenaires économiques, a décidé de tourner le dos à la politique, c’est une manière de contribuer à la création d’emplois pour les jeunes. Comme il le révélait récemment ce sont au total 200 emplois directs et plus de 400 indirects qui seront créés par les activités de la CITRANS.

 

Benoit TANOH

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 20/04/2017
Voir tous les Hebdos
Edito
Par KODHO

Tango impossible

Victime du syndrome du premier pas, la classe politique ivoirienne n’arrive pas à danser le tango, faute de partenaires crédibles. Dans la majorité et dans l’oppositio...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité