Sport électronique : La Côte d’Ivoire s’invite aux Games

Les jeux électroniques gagnent de plus en plus le cœur des ivoiriens

Le sport électronique ou e-sport essaie d’étendre ses tentacules au travers de tournois de jeux vidéo, avec à la clé des récompenses pécuniaires. Brassant mondialement des milliers de participants, cette discipline veut s’imposer dans les mœurs ivoiriennes.

Considéré comme un loisir, qui peut être individuel, collectif ou familial, le jeu vidéo s’est mué en sport de compétition. Le sport électronique (e-sport en anglais) désigne désormais la pratique sur internet ou en réseau local (LAN party) d'un jeu vidéo, seul ou en équipe, par le biais d'un ordinateur ou d'une console de jeux vidéo. Dans ce cadre, des « cyber athlètes » ou « Gamers » s’opposent dans des jeux très variés (football, combat, aventure, etc) et en font pour certains leur activité professionnelle principale. En Côte d’Ivoire, des compétitions comme « Orange Gaming Tour », dont la deuxième édition se tiendra le 23 février prochain, ou encore le Festival de l’électronique et du jeu vidéo d’Abidjan (FEJA) ont révélé que certains Ivoiriens avaient l’amour de ce type de sport.

Discipline d’avenir ? Le sport électronique est effectivement en plein essor en Côte d'Ivoire et en Afrique de façon générale. On compte de plus en plus de tournois qui mettent en compétition les gamers du continent. Cela contribue à créer une culture du jeu vidéo et à inciter de plus en plus de jeunes à s'intéresser à cette discipline », explique à JDA l’initiateur du FEJA, Sidick Bakayoko, en précisant que les compétitions mondiales d'e-sport dépassent le milliard de francs CFA en termes de récompenses. « Cela montre l'engouement que les marques peuvent avoir pour cette nouvelle discipline et peut encourager de nouveaux partenaires à investir dans le e-sport», dit-il. En Côte d’Ivoire, environ deux millions de personnes jouent à des jeux vidéo, selon les estimations de la structure Paradise Game. « Et, à ce jour, nous comptons déjà plus de 100 000 personnes qui participent en ligne à nos différentes activités régulières autour du jeu vidéo », précise M. Bakayoko. Cependant, il n’existe pour le moment pas de fédération ivoirienne pour régir le sport électronique. Mais les acteurs sont résolument engagés à l’utiliser comme moyen de divertissement et d'éducation des jeunes, quelle qu’en soit la forme, si celle-ci va dans le sens de la promotion et du développement de la discipline.

Anthony NIAMKE

À LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 09/07/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Raphael Tanoh

Le cas Floyd

Trayvon Martin ? Décédé ! Eric Gardner ? Décédé ! Michael Brown ? Décédé !  Atatiana Jefferson, J...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité