Aissatou Seye Cissé, la reine du transport privé

Aissatou Cissé exhorte les femmes à ne pas baisser les bras

Honorée en août 2016 du Prix d’excellence du meilleur chef d’entreprise, catégorie femme, Aissatou Seye Cissé est aujourd’hui l’une des rares dames qui ont su tisser leur toile dans le milieu très tumultueux du transport. Lucarne sur une vraie battante

Énumérer ses trophées reviendrait à égrener un chapelet. Des récompenses honorifiques aux prix d’excellence, Aissatou Seye Cissé a presque tout raflé avec son entreprise de transport de personnel Pendis (du prénom de ses enfants, Penda et Ismaël). Au départ, confie-t-elle, l’entreprise s’appelait « Transport Cissé » et était  dirigée par son époux. En 2004, avec la liquidation d’Air Afrique, où elle travaillait comme assistante, Mme Cissé décide de s’intéresser plus au travail de son mari.

La course au prix À Pendis, la future multi-lauréate occupe plusieurs postes techniques, où l’on ne trouve en général aucune dame. C’est ainsi qu’elle apprend les rudiments du métier. En 2007, lorsque l’homme qui a  partagé sa vie tire sa révérence, elle est prête à prendre la relève. « J’avais le choix, soit laisser la société mourir, soit prendre le risque de continuer seule », se rappelle cette dame de fer. Basée à Gonzagueville, à Port-Bouët, Pendis a su bâtir sa notoriété. Pourtant, il a fallu presque tout refaire. « Je me suis professionnalisée en même temps que mon personnel. Nous avons travaillé la communication et la clientèle»,  se réjouit aujourd’hui la PDG. Elle va renforcer les bases de son capital humain avec de multiples formations et parviendra à s’imposer dans le milieu. Sa devise : transporter le personnel à l’heure à son lieu de travail. C’est pour cela que les entreprises lui font confiance. « Mon « handicap » de femme ne devait pas m’empêcher de réussir. Les gens étaient sceptiques. J’avais le devoir de travailler deux fois plus », confie-t-elle. Dans ce créneau du transport du personnel des entreprises, il n’y a pas de la place pour les sentiments. Entre les pannes de véhicules et les contrats à gérer, la tension peut monter à son maximum. Mais, pour Aissatou Cissé, ce sont les épreuves qu’il faut traverser les épaules hautes. Grâce à ses 110 employés de qualité, la Sarl Pendis n’a pas fini de gravir les échelons.

Raphaël TANOH

À LIRE AUSSI

L’Hebdo - édition du 13/12/2018
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Ouakaltio OUATTARA

Pacte mondial sur la migration, et après ?

Le Pacte mondial sur la migration des Nations unies, qui a soulevé les critiques des nationalistes et des partisans de la fermeture des frontières, a été formellement appro...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité