îuvres de lĺesprit : Le BURIDA lance une campagne de collecte

Le Bureau ivoirien du droit dĺauteur (BURIDA) va lancer ce mois-ci une caravane de sensibilisation des utilisateurs des ťuvres de lĺesprit Ó dÚsormais sĺacquitter de la redevance des droits dĺauteurs et droits voisins. Un projet qui sĺinscrit dans le cadre de la mise en ťuvre du Plan dĺaction stratÚgique 2020 de la Maison des artistes, mise en place par la nouvelle Úquipe conduite par M. Karim Ouattara.

Arrivée aux affaires en février 2020, la nouvelle équipe du Bureau ivoirien du droit d’auteur (BURIDA), conduite par le Directeur général Karim Ouattara, a mis sur pied un Plan d’action stratégique pour relancer cette institution, qui a connu bien des soubresauts dans le passé. Parmi les axes majeurs du plan, l’élargissement de l’assiette de perception pour accroître le niveau des revenus et surtout le portefeuille d’utilisateurs du BURIDA. Ce projet va entrer dans sa phase active dès ce mois d’octobre 2020, avec un recensement des utilisateurs d’œuvres de l’esprit. L’initiative vise la mise en place d’un système de collecte des droits plus efficient en faveur des artistes.

Pour les artistes Tout va démarrer par une caravane de sensibilisation qui va sillonner tout le district d’Abidjan et l’étendue du territoire national. Cette caravane déploiera des agents prospecteurs qui procèderont au recensement des exploitants d’œuvres de l’esprit, propriétaires et gérants de bars, boîtes de nuit, maquis, restaurants, hôtels, stations de vente de carburant, ateliers de couture et de coiffure, cliniques, banques, magasins, administrations publiques, entreprises privées, etc. Cette action veut identifier et contractualiser le maximum d’utilisateurs en vue d’accroître le volume des perceptions des droits d’auteurs et des droits voisins. « Il nous faut accroître le portefeuille d’utilisateurs du BURIDA. Nous en sommes à 13 000 alors que les experts les estiment à 100 000. Nous avons un grand travail à faire cette année, atteindre les 50 000 utilisateurs », indique le Directeur général du BURIDA. Pour Karim Ouattara, l’objectif de cette caravane est de reverser des revenus plus importants aux artistes. « Si nous n’agissons pas maintenant, à travers des mesures fortes et l’assainissement du régime de collecte des droits d’auteurs, les acteurs culturels ne pourront pas vivre décemment des fruits de leurs créations », avertit-il. Loin d’être assimilé à une action policière ou à une opération de force, le recensement des utilisateurs d’œuvres de l’esprit doit être perçu par les populations comme une sensibilisation de masse. Selon le Directeur général du BURIDA, le droit à payer n’est ni une taxe ni un impôt, mais plutôt un droit d’exploitation d’œuvres que la loi concède à tout artiste.

Anthony NIAMKE

└ LIRE AUSSI

APPELS D'OFFRES
L’Hebdo - édition du 26/11/2020
Voir tous les Hebdos
Edito
Par Le ź New deal ╗

Le ź New deal ╗

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a une nouvelle fois plaidé mardi pour un « New deal » au niveau international et un nouveau co...


Lire la suite
JDF TV L'actualité en vidéo
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal d'Abidjan et recevez gratuitement toute l’actualité